Quand l’alcool tue aux Comores: Un mort par alcool à Anjouan

A 44 ans, Oumbad Ahmed alias Lecossa originaire de Mutsamudu est retrouvé mort assis sur une chaise en plastique à Hampanga. Cet homme est apparemment décédé d’alcoolisme.Oumbad Ahmed n’est plus. Son corps est retrouvé sans vie dans la rue. Les témoignages indiquent qu’on l’a trouvé puant l’alcool et la bouteille à coté. Des témoins racontent que « la victime a passé la nuit de la Ide dans une vielle maison de la médina de Mutsamudu avec un vieux de presque 50 ans ».

Tout laisse croire qu’ils ont « passé la nuit à se saouler » car le propriétaire de la cabane a été retrouvé ivre lui aussi. D’ailleurs, cet ami de fortune est embarqué par la gendarmerie pour interrogatoire. C’est un jeune de 25 ans qui les a découverts et il se trouve aussi entre les mains des limiers. Le médecin a prélevé le sang du défunt après une longue attente. Et l’on a promis à la presse que «les résultats des analyses seront rendus publics».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

On comprend un peu plus sur les causes de ce décès. Dans la notice du produit consommé, il est écrit « Alcool à Bruler ». Un liquide qui est censé nettoyer des vitres, des carreaux, des murs, des claviers, des lustres, des bronzes… Composé chimiquement par « alcool éthylique de 90° de volume et contient du métal de 3°», précise la notice.

L’on raconte aussi que ce n’est pas la première fois qu’un tel acte se produit à Anjouan. Un mauvais jour des années 80, la ville de Mutsamudu avait perdu plusieurs enfants d’un seul coup, à cause de l’alcool. En 1998 et en 2010, d’autres cas similaires étaient recensés.

Nabil Jaffar

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*