Les mosquées de la Coulée et d’Al Qasm deviennent le camp d’entrainement d’une guerre civile

Décidément, les ingrédients d’une guerre civile aux Comores sont réunis, mais comme chez nous, on a tendance à banaliser les choses, on fait semblant de ne rien comprendre. Ce qui s’est passé vendredi dernier à la mosquée d’Al Qasm doit interpeller les autorités nationales, même si l’on sait que l’autorité de l’Etat, est faible, et ne peut rien faire contre cette montée en puissance d’un Sambi qui a compris que les grands comoriens ne s’aiment pas et qu’on peut les utiliser à tout moment. En regardant toutes ces personnalités grand comoriennes, entourer Sambi dans cette mosquée de la Coulée, toutes au garde à vous, on a vite compris, que le danger arrive. Et pendant tout ce temps, Mamadou et les siens pillent les caisses de l’Etat et signent de contrats fantômes à l’instar de celui signé avec Boule Mining et qui coûte des milliards de francs comoriens à l’Etat.

image

Les images de vendredi dernier à la mosquée d’Al Qasm sont déplorables. Quand on voit un ancien ministre de la République, en la personne d’Ahmed Barwane donner de coups de poings à un jeune voulant exprimer son désaroi après la vente de la citoyenneté comorienne à des terroristes éparpillés dans le monde entier par Sambi et ses sbires, on a de quoi à s’inquiéter. Quand on voit également, un escroc de premier rang, qui a détourné plus de 2 milliards de francs comoriens, taxe des hydrocarbures, et que jusqu’aujourd’hui, il est libre de ses mouvements, et cerise sur le gâteau, donne de coups à ce garçon qui a voulu dénoncer la corruption du régime Sambi, il y a de quoi à s’inquiéter. Et cet escroc, n’est autre que Ahmed Said Abdallah, alias Ahmed hydrocarbures. Ils ont parfaitement raison car ce régime est faible et ne fera rien.

Aujourd’hui, la provocation va loin car tous les compagnons de Sambi se réunissent à la mosquée de la Coulée construite avec l’argent des chiites, pour préparer cette guerre civile qui sent partout. Selon une information digne de fois, nombreux sont les disciples de Sambi utilisés aujourd’hui par les services secrets iraniens. Parmi eux, des anciens ministres de la République. Mais cela n’intéresse personne et en particulier le pouvoir Ikililou, impuissant et sans autorité. Cette guerre civile inquiète les grands comoriens visés par cette tragédie avec la volonté d’un seul homme, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. La fermeture de la mosquée de la Coulée par les autorités nationales est plus qu’urgent car aux alentours, les antis Sambi sillonnent et on doit arrêter ce danger. Les fanatiques diront que ce n’est pas sain de fermer une mosquée, alors que le but de construire cette mosquée est de servir de propagande chiite et surtout attiser la haine et monter les uns contre les autres.

On doit noter que le spectacle qui nous est présenté à la sortie de la prière du vendredi dans la mosquée d’Al Qasm, est un message fort à l’égard de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui, et ceux qui nous ont gouverné hier. Ikililou et Mamadou ont vite compris qu’ils sont haïs par le peuple et doivent en tirer les conséquences de leur gestion chaotique. Quand les agents de l’Etat en ce mois sacré du ramadan, accusent 5 mois d’arriérés de salaire, comment pouviez-vous aller défier les comoriens dans cette mosquée de la capitale où tout le monde s’y rassemble pour la prière de vendredi ? C’est une insulte et ont récolté ce qu’ils ont semé. Dans notre pays, on déteste ceux qui essaient tant bien que mal à imposer leur image de républicain loin des imposteurs de la République. Barwane et sa moitié Ahmed Hydrocarbures, n’ont pas de leçons à donner à Mamadou car ils sont tous les mêmes et méritent tous la prison . Et d’ailleurs, Barwane pourra leur en parler de la prison car il l’a faite, même si après, il s’est fait réhabiliter par Sambi .

Nous sommes tous convaincus, que les aboiements de Bolero et Msaidié, ne sont qu’un feu de paille, et tant qu’Ikililou restera président de ce pays, Sambi va demeurer toujours tranquille et rien ne se fera. Mais, ce silence d’Ikililou est complice et le moment fatidique où cette guerre civile va s’éclater, qu’il ne nous dise pas,  » tsakiya tsawona », car la sentence sera lourde et il sera le premier à payer. En tout cas, une chose est claire, tout ce monde qui s’entraîne à cette guerre à la mosquée de la Coulée en présence des supporteurs de Sambi, et de son premier cercle, n’aiment pas Sambi, mais expriment à travers l’homme au turban, leur dégoût face aux détournements devenus quotidiens chez Mamadou et son équipe, et la seule manière de le dénoncer est d’applaudir Sambi. Mais ces applaudissements, ont une seule conséquence et c’est cette guerre civile qu’on ne peut ignorer quant aux manipulations des uns et des autres de ces dernières 48 heures.

Ali Ahamada

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*