«Que Kémi Séba brûle en premier son passeport français s’il croit vraiment à sa lutte »

Sénégal: 

Serigne Ahmadou Rafahi Mbacké Ibn Serigne Fallou dans sa prêche de vendredi dernier n’a pas laissé passer le phénomène Kémi Séba, cet activiste franco-béninois qui mène une lutte anti-Franc CFA et combat la « colonisation française » sous toutes ses formes.
L’imam de la mosquée de Touba Alieu se pose la question à savoir comment une personne peut croire à quelqu’un qui a brûlé un billet de 5000 Francs CFA.

« Si tout le monde suivait son acte, combien de billets de 5000 Francs allaient être brûlées. De l’argent qui pouvait servir à soigner des malades, à construire des hôpitaux ou à aider des nécessiteux(…), S’il croyait vraiment à son combat, il allait commencer par brûler son passeport français, qu’il a choisi parmi tant d’autres. Comment on peut combattre la France, alors qu’on ne sait parler que le français. Si Kémi Séba avait brulé publiquement son passeport français, on allait tous croire à son combat et combien il déteste la France« , s’insurge l’imam, à l’occasion de la prière du vendredi.

Sennews.com

3 commentaires sur «Que Kémi Séba brûle en premier son passeport français s’il croit vraiment à sa lutte »

  1. Ce monsieur a des insuffisance intellectuel, mais ceux ceux là qui n’ont pas passer par le banc de l’école mais avec l’intelligence humain ils comprennent bien le chose que ce prêcheur. Quel est l’influence que le passeport francais a sur l’Afrique, cette lutte n’est pas la haine des blancs où d’autres Etats qui nous font subir mais luttons contre le prédateur de l’Afrique contre un système, un groupe de gens qui veulent nous maintenir à l’esclavagisme aux service du maître comme autant des nos ancetre qui sont trépasé et aujourdhui on vie cette esclavage en plein jour en plein20siècle pour un un enfant de l’Afrique tenir un pareil discour ce ne pas savoir ce que vous voulez à la fin, c est être atteint de cancer de serveau.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*