Que veut Salami, le futur ancien-gouverneur d’Anjouan ?

Opinion libre: Ce lundi 10 septembre, le président de la République, après avoir lancé a maintes reprises des appels à des négociations, a fini par inviter les autorités de notre pays. La deuxième personnalité de l’État, son excellence Dr.Abdou Ousseni, président de l’Assemblée de l’Union et les gouverneurs de nos îles ont été reçus a Beit-Salam pour parler de la situation du pays. Évidemment, la mise en place de la récente constitution révisée était à l’ordre du jour. Le président Azali a encore montré sa disponibilité à parler avec tous les enfants du pays pour maintenir la stabilité retrouvée en Union des comores. Par contre, comme ce fut déjà le cas lors des assises nationales, certains ne veulent pas dialoguer. Comme cela fait dans toute démocratie. Ceux qui, coincés dans leur orgueil et animés par la recherche du pouvoir, ne veulent rien savoir où entendre. Ainsi est faite la vie, il faut bien qu’il y ait des gens qui mentent à tout le monde jusqu’à finir par croire à leurs propres mensonges. Et des mensonges, le gouverneur de l’île d’Anjouan a fini par croire aux siens.

C’est donc avec une attention particulière que j’ai suivi les interventions des deux autorités de mon île natale. La première est bien sûr celle du gouverneur. Dr.Salami Abdou Salami puis du président de l’Assemblée de l’Union, Dr.Abdou Ousseni.
Comme à ses habitudes, le gouverneur n’a pas manqué à menacer le gouvernement central. La seule différence des autres fois est qu’il a su garder son sang froid. Mais même avec un certain tempérament, le gouverneur Salami peine à contrôler ses propos.
Questionné sur l’ordre du jour, Dr.Salami a pris le soin de ne rien dire. Ou devrais-je dire qu’il n’a dit que ce que les partisans de son clan voulaient entendre. D’ailleurs, il a toujours agi ainsi et n’attendons pas qu’il change un jour. Les intérêts de son clan valent plus que ceux du peuple Anjouanais voire comorien.
Selon lui, ils ont parlé de tous sauf des problèmes. Mais de quels problèmes il veut parler ? Sûrement de 2021 ! Oui. C’est le seul problème de Dr.Salami.
Le quotidien des Anjouanais se complique de jours en jours. Je ne pense pas que les deux présidents, celui de l’Union et de l’Assemblée de l’Union, pourraient zapper un sujet comme le quotidien des comoriens. Il faut seulement comprendre que le gouverneur Salami a pour unique et seul problème : 2021 ! Peu importe la situation, Dr.Salami veut être président. Le pouvoir reste son obsession alors qu’il n’arrive pas à gérer celui qu’il a.

Sur la vidéo, Abdou Ousseni, président de l’Assemblée, a parlé de problèmes. Il a notamment souligné les routes de Nyumakele et de Ouzini. Ce n’est pas la première fois qu’il saisit une occasion pour rappeler au régime central les travaux à faire à Anjouan. Dans son intervention le jour de l’inauguration de l’hôpital de Bambao, alors que le gouverneur faisait « la tête », le président de l’Assemblée avait demandé au régime de se pencher sur le cas du port de Mutsamudu. Des tels problèmes, le gouverneur Salami ne voit pas. Car il s’est fixé comme objectif 2021 et rien ne le fera changer d’avis.
Dans cette brève interview, il dit ne jamais fuir Anjouan pour se réfugier à Mayotte. Autrement dit, il rejette toute mise en place d’une constitution révisée. Comprenons que le gouverneur d’Anjouan ne reconnaît pas le référendum. Effectivement, si le NON l’avait emporté, le gouverneur aurait crié victoire sur tous les toits. C’est de l’hypocrisie humaine, je comprends. Le plus étonnant est de voir notre cher gouverneur converti en « spécialiste de régime ».

Il différencie avec « aisance » la dictature à la démocratie. Encore une fois, sa différence entre dictature et démocratie n’est pas la même pour nous autres simples citoyens. Quand le président de la République appelle tous les enfants du pays pour faire le bilan de notre après-indépendance, une idée des sages, Dr.Salami ne vient pas. On organise un référendum pour que chaque comorien puisse se prononcer, Dr.Salami ne participe pas, et le président de l’Union lui invite au palais, il ne dit rien. Et pour lui c’est de la dictature parce que la justice mène des enquêtes sur des détournements de biens publics. Et que les accusés sont des gens qui se sont cachés derrière le statut de ministres, DG ou présidents pour piller le pays. Maintenant pour échapper à la justice, ils se cachent derrière leurs statuts d’opposants politiques. Et c’est normal pour le gouverneur Salami au point de ne rien dire pour participer à l’évolution de notre pays. Il est légitime de se demander si Dr.Salami ne veut pas de la démocratie de la période 2006-2011. A l’époque son parti avait le pouvoir, et il était député. Jamais, ce régime n’a appelé les comoriens au dialogue. Un régime qui a préféré le bombardement d’Anjouan quand tout le monde appelait au dialogue. Vous allez me dire que « qui s’assemble se ressemble », donc Dr.Salami ne connait pas « pourparlers ».

À l’époque de son clan, Beit-Salam était transformée en « betises salam». Ls élections se faisaient à leur manière, les politiciens tabassés publiquement quand les balles ne pouvaient pas arranger les coups. Dr.Salami député n’a jamais haussé la voix pour critiquer cela. Dr.Salami gouverneur n’acceptera pas des négociations…ce n’est pas dans ses gènes. Comme tout son clan, il est préparé à la violence. La preuve est qu’il a dit « donner son adresse si on vient le chercher ». Mohamed Bacar a quitté Anjouan non parce qu’il avait peur, mais pour le bien du peuple Anjouanais, pour ne pas verser plus de sang. Dr.Salami est prêt à verser le sang alors il « attend Azali ». Le regime ne tombera pas dans son piège…la violence il n’ya que son clan qui sait comment s’y faire.

Mohamed Mboiboi

4 commentaires sur Que veut Salami, le futur ancien-gouverneur d’Anjouan ?

  1. ça se voit que ce monsieur a beaucoup d’admiration pour le gouvernement il n’a trouvé aucun point négatif à l’égard du clan Azali, je suis Comorien,de la grande Comore,Monsieur mohamed,on ne juge pas un seule clan,les critiques portés à l’encontre du gouverneur tu aurait dû dire quelque chose au sujet de Azali car à te croire on dirait que Azali et son clan ont toutes les bonnes intention du monde et qu’ils sont tous des anges blancs qui n’ont commis aucune erreur et qui veulent que du bien pour le peuple comorien contrairement à docteur Salami et pourtant et pourtant les choses sont bien different de ce que tu dis et il ne faut pas etre très cultivé pour s’en rendre compte alors j’aimerait te dire une chose: si on ne peut pas etre équitable ni juste dans nos articles alors on doit s’abstenir d’écrire car ce n’est pas digne ni pour les lecteurs ni pour le bien du peuple comorien qui a droit à des articles neutre et équitable.

  2. Mohamed Mboiboi,les gouverneurs et le président sont élus pour un temps bien nombré.tu dois le savoir.
    Pourquoi Azali n’a pas attendu la fin de leurs mandats pour tenter changer la constitution du pays?Pourquoi changer cette constitution?Quelle est la raison de ce changement?Il faut un problème dans le pays pour aboutir à un changement;quel est ce problème?Réponse:rien,la paix!
    Par conséquent Azali n’a fait que détruire cette paix.Logique visible.

    Projet de nouvelle constitution a entraîné Assises.Quel était le texte avant assises et le texte après assises?C’est le même texte.

    Azali a écrit son texte. Est ce qu’il l’ avait soumis à l’assemblée nationale?Réponse:non.Etape première ignorée.
    Beaucoup de millons de francs proches d’un milliard de frncs sont évaporés pour ces assises(faire plaisir à ses proches en leur donnant cet argent et ne pas payer les salaires de mai 2017).

    Assises,reférendum n’ont fait que perte d’argent.Ce changement de constitution n’est jamais le problème des comoriens.C’est du théâtre,ce rêve de changement constitutionnel.

    Argent pour les salaires des fonctionnaires et emploi des jeunes,changer nos comportements moraux sont à revoir pour le bien être des comoriens.

Répondre à ouded Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*