Quels sont les objectifs visés par les conseillers de la Cour constitutionnelle

wpid-fb_img_1462053505538.jpg

Que le bon dieu protège les Comores
Quels sont les objectifs réels des partisans de Mamadou . Quels sont  les objectifs des fêtards du Fouquet’s  parisiens. Quels sont les objectifs visés par les conseillers de la Cour constitutionnelle.

image

Ils savent que l’écart actuel entre Mamadou et Azali est plus de 2677 voix, mais ils se sont appuyés pour les chartes internationaux pour demander des élections partielles à Anjouan sur 13 bureaux soit 6230 votants. L ‘objectif visé est ailleurs chers frères . Et pour cause ! Le  taux de participation à Anjouan était de 54, 45 % , donc les votants potentiels est de de 3393. Pour rattraper ces  cet écart , il faut plus de 85%  pour Mamadou ce qui est  impossible. Les membres de la cour le savent et  les partisans de Mamadou le savent pertinemment . Si on fait l’Hypothèse d’un taux de participation de 80% ( presque impossible )  on aura 4984 votants potentiels , donc pour combler cet écart , il faut plus de 75 % pour passer ce qui est  quasiment impossible .

En prenant une telle décision qui piétine le droit et humilie notre pays , les membres de cette cour veulent autres choses : déstabiliser le pays ! Qu ils sachent que nous allons encaisser tous les conséquences d’une telle décision. certains jubilent et crient Mamadou Nde Mze soutenu par les puissances étrangères ! Qu ils se rappellent que Feu le Prince Said Ali a été  déporté par ceux qui l’ont soutenu pour vaincre Msa Foumou . Qu ils lisent l’Histoire politique comorienne : Ali Soilih s’est appuyé sur BOB Denard pour vaincre  Ahmed abdallah. Ahmed   Abdallah fut imposé par ce même Bob Denard Alias Said Moustapha mhadjou. Nous connaissons tous la fin tragique d’Abdallah.  

Tous les Comoriens ont subi les conséquences de ces ingérences étrangères. Soyez prudents et pensez aux conséquences d une telle décision pour la crédibilité de nos institutions et la stabilité de notre jeune nation.

Abdou Katibou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*