QUI NE DIT RIEN CONSENT !

Opinion libre :Ils ne cessent de marteler ici et là  »nous sommes pour l’intérêt du pays  » pour justifier leur référendum de la discorde.

Mais comment ne pas en être sceptique quand le plus proche collaborateur du chef de l’État en la personne de son directeur de cabinet convoque récemment la presse pour dire tout le mal qu’il pense des anjouanais dans une violence verbale extrême sans que cela n’en émeuve ni son patron ni ceux qui se réclament de la mouvance présidentielle.

 »Arrêtez de foutre le bordel chez nous (à Ngazidja), prenez les milliards que vous avez volé et allez vous-en chez vous à Anjouan construire des usines et foutez nous la paix’’ a-t-il surenchéri.

De grâce les anjouanais ne sont pas des voleurs, qu’un individu en soit présumé, c’est concevable et il lui appartient d’en répondre devant la justice, mais ce n’est pas toute la communauté, arrêtons l’amalgame.

Le silence assourdissant du clan pro référendum vis-à-vis de ces propos injurieux à l’égard de toute une frange du peuple, que nous condamnons fermement, relève tout simplement de la complicité.

L’accord de Fomboni prescrit un nouvel ensemble comorien fondé sur l’unité de la nation et un partage du pouvoir entre Etat central et entités insulaires pour permettre à ces entités de concrétiser leurs aspirations légitimes pour gérer et administrer librement et sans entraves leurs propres affaires.

Quand on retient que la tête de ces aspirations légitimes c’est la sauvegarde de la dignité de tout un chacun et le respect des spécificités, on est en droit de s’ interroger si ce dérapage de ce haut responsable n’est qu’un prélude, avec le reniement de l’accord de Fomboni par le projet de révision, pour instaurer un nouvel ordre dans la sphère ‘Comores’’ basé sur le verrouillage de l’espace politico-institutionnel et la réduction des autres à l’état de sous comoriens juste bons à subir .

En tout état de cause ce grave incident nous conforte dans notre détermination à dénoncer et faire barrage à ce projet de révision qui, en piétinant le pacte de Fomboni qui le seul depuis l’accession à l’indépendance garantit dignité et égalité de chances à tous les comoriens, va légitimer la discrimination abjecte dans toutes ses formes et pousser immanquablement à la balkanisation.

Dhoihirou Halidi
Porte -parole du parti RENIC.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*