Radio Kaz reste en travers de la gorge d’Azali et de son gouvernement

Après les efforts de Kiki pour fermer la radio Kaz, seul organe de presse qui ose prendre position contre le régime en place, Azali Assoumani a pris le relais de son ministre de l’Intérieur. En effet, lors de son discours en langue nationale ce vendredi au palais présidentiel, Azali s’en est pris à la radio Kaz. « La liberté ce n’est pas d’invectiver le président de la République ou le Mufti.

Qu’une ville toute entière tire satisfaction et fierté à l’idée d’avoir une radio dont l’objectif n’est rien d’autre que d’insulter les autorités est une chose qui sort de l’ordinaire » a-t-il dit avant d’appeler les villages à jouer un rôle consistant à empêcher les opposants de tenir des propos discourtois et offensants à l’égard des autorités étatiques. Par cette sortie, le chef de l’Etat montre qu’il goute peu à l’idée de laisser une radio s’exprimer librement. La preuve, ces nombreux piques adressés aux médias.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*