Ramadan : Le panier des ménages soulagé par les mesures du gouvernement

Par arrêté conjoint de la vice-présidence chargée de l’économie et le ministère des finances, le gouvernement vient de revoir à la baisse le prix de certains produits de première nécessité, aussitôt le discours du chef de l’État prononcé. Quels sont les produits visés par ces mesures et leur impact dans le panier des ménages ?

Les mesures sont exceptionnelles à l’image de l’adresse à la nation du chef de l’État, à l’occasion du mois de ramadan. Sans tarder, le gouvernement vient de prendre des mesures appropriées à ce mois sacré. Par un arrêté conjoint de la vice-présidence chargée de l’économie et le ministère des finances, certains produits de première nécessité ont ainsi été sensiblement revus à la baisse.

Quels sont les produits visés par ces mesures et leur impact dans le quotidien des citoyens ? D’abords, les produits pétroliers avec le pétrole lampant qui passe de 350 à 250 fc, le gazole de 550 à 450 fc le litre, et enfin l’essence qui passe de 650 à 600.

En visant ces produits, le président dit vouloir par là, « faciliter les transports des hommes et des marchandises », mais surtout soulager la population « en matière de fourniture d’électricité, en particulier aux heures sensibles de la journée ».

La deuxième mesure est la baisse du prix des produits de consommation courante. Il s’agirait des ailes de poulet qui passe de 1050 à 800 fc le kilo. Tout comme la viande congelée fixée à 1650 fc au lieu de 1750 fc le kilo. La viande du Brésil passe de 2200 à 1750 fc le kilo. Les produits locaux tels que l’igname, la banane verte et la patate douce seront également concernés par ces mesures.

Ici, l’objectif selon le chef de l’État serait de permettre aux « ménages de soulager leur budget familial pour leur besoin quotidien ».

Loin de jouer le forcing, le président de la République, à travers son discours, « demande l’accompagnement de tous dans l’application de ces mesures ». Azali Assoumani appelle les commerçants, les boutiquiers, grossistes et les détaillants à appliquer scrupuleusement ces prix.

« Je fais confiance à nos vendeurs et nos revendeurs et je ne doute pas qu’ils se conformeront aux mesures prises durant ce mois de ramadan, et bien après », a-t-il déclaré.

La Fédération comorienne des consommateurs (FCC) a été le premier à saluer les mesures prises par le gouvernement.

« En ce mois saint de ramadan, c’est la main tendue aux familles, notamment les plus modestes », lit-on dans un message posté dans les réseaux sociaux. « La baisse du prix du carburant honore une promesse de l’État non tenue par les précédents gouvernements depuis plusieurs années », peut-on lire sur la missive des membres de la FCC qui disent espérer que les autorités se donneront les moyens de faire respecter ces mesures.

Maoulida Mbaé/ LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*