Rapport sur la situation des mères dans le monde : Donner la vie aux Comores est un combat contre la mort pour les femmes

L'hôpital d'El-Maarouf
L’hôpital d’El-Maarouf

Selon un rapport publié à l’occasion de la fête des mères du 7 mai les Comores occupent la 163e place des pays où il est dangereux de donner naissance, l’Ong Save the Children a choisi cette date pour  publier son rapport sur la situation des mères dans le monde comme il le fait chaque année . Ce rapport  se penche sur le sort de  millions de femmes et d’enfants de moins de cinq ans qui n’ont pas accès à des soins de santé de base. Il met aussi en exergue  les disparités de chances de survie entre les enfants les plus pauvres et les plus favorisés et montre qu’il est possible de sauver des millions de vie, plus particulièrement chez les plus pauvres, en dispensant à ces enfants des soins vitaux mais peu coûteux.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Les îles Comores occupent la 163e place dans ce classement sur 176 pays du monde. Et notre voisin l’île Maurice occupe la 63e place où la mortalité à la naissance est le plus faible dans l’océan indien. Une remise en question de notre système de santé est nécessaire pour sauver des vies aux Comores.

La mauvaise gestion des hôpitaux et le manque de matériels ( comme la  pénurie d’oxygène à l’hôpital El Maarouf en mars 2013) n’expliquent pas tous car souvent la compétence même de nos médecins est remise en cause.  Nous avions en 2012 écrits sur Comores infos un article sur les faux médecins aux Comores, ces faux médecins qui mettent en danger la vie de toute la population comorienne.  Il serait temps pour le gouvernement d’agir.

Ainsi pour réduire les disparités et améliorer les conditions de vie des mères et des enfants défavorisés, « Save the Children » appelle à renforcer les systèmes de santé afin que les mères puissent bénéficier d’une assistance qualifiée pendant l’accouchement. Les îles Comores doivent  lutter contre les causes sous-jacentes de la mortalité néonatale.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*