RDC : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à "mettre fin à la guerre à l’est"

12 novembre 2012

RDC : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « mettre fin à la guerre à l’est »

L’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, le 19 octobre 2010 à La Hague ©AFP

KINSHASA (AFP) – (AFP)

L’ancien
vice-président congolais Jean-Pierre Bemba demande
à Kinshasa de « mettre fin à la guerre à
l’est » dans une lettre datée de lundi et
signée de la Haye (Pays-Bas), où l’ancien chef
rebelle est incarcéré et jugé pour crimes de
guerre et crimes contre l’humanité.

La missive a été lue lundi à Kinshasa par
Thomas Luhaka, secrétaire général du
Mouvement de libération du Congo (MLC), l’ex-milice de
M. Bemba qui compte 23 députés à
l’Assemblée nationale — faisant du MLC le
deuxième parti d’opposition derrière l’Union pour
la démocratie et le progrès social.

« Je demande au pouvoir en place de prendre ses
responsabilités, de mettre fin à la guerre à
l’est du Congo et à l’insécurité qui y
règne, protéger les populations civiles, restaurer
l’autorité de l’Etat, éviter la partition du
pays », écrit M. Bemba.

L’est de la République démocratique du Congo
connaît un regain de violences depuis six mois, avec
l’apparition d’une nouvelle guérilla, le Mouvement du
23 mars (M23) dans la province du Nord-Kivu, riche en minerais.

Selon l’ONU, les combats entre l’armée et le M23 ont
fait environ 390.000 déplacés et plus de 60.000
Congolais ont fui au Rwanda et en Ouganda.

« Le plus urgent et le plus important est de sauver le
Congo.(…) Je lance cet appel solennel à la
réconciliation, à l’unité et à la
cohésion nationales, à toutes les Congolaises et
à tous les Congolais où qu’ils se trouvent, afin
de sauver la patrie en danger », poursuit M. Bemba.

Il a par ailleurs évoqué les « frustrations
nées d’un processus électoral décrié par
tous », faisant référence aux élections
présidentielle et législatives contestées de
2011, remportées par le chef de l’Etat sortant Joseph
Kabila et son camp.

M. Bemba a également jugé « fondamental »
d’oeuvrer pour « l’instauration d’une vraie
démocratie ».En octobre, le président
français François Hollande avait qualifié
d’ »inacceptable » la situation des droits de l’Homme
et de la démocratie en RDC.Joseph Kabila avait
répliqué que son pays n’était « pas du
tout complexé ».

Jean-Pierre Bemba, 49 ans, a été
vice-président de la RDC de 2003 à 2006.Il est
jugé par la Cour pénale internationale de la Haye
pour des crimes contre l’humanité et des crimes de
guerre qu’auraient commis sa milice du MLC en 2002-2003 en Centrafrique.



Share

Tous droits de reproduction et de représentation

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*