Recensement Général de la population et de l’habitat 2017: Les Comores mobilisés, la ministre de la santé montre le bon exemple

L’opération du recensement est à son 16ème jour et se poursuit dans de très bonnes conditions, et ce grâce à la collaboration très conviviale de la population. 

A Mitsamiouli, nous étions accueillis par la ministre de la santé dans sa résidence située au quartier de Nord de Mitsamiouli à côté de l’ancien Hôtel Le Galawa.

« Nam Karibu! ». C’est avec ces mots très chaleureux tout en souriant, que Dr Fatma Rashid Mohamed Mbaraka, ministre de la santé, a adressé à  l’équipe chargée du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2017) de la région de Mitsamiouli rentrant chez elle.

Connue par son sens relationnel et sa bonne humeur, la ministre de la santé a répondu avec exactitude aux questions posées par l’agent recenseur Ansafi Bacar qui s’occupe des zones de dénombrement 3 et 4 sur les 7 que comprend la ville de Mitsamiouli. 
    « Le recensement général de la population et de l’habitat est un acte civique que toute personne doit prendre part et qui permettra de dresser une photographie de la situation économique et démographique de l’Union des Comores » a-t-elle rassuré. 
Dans le domaine de la santé par exemple, la ministre attend impatiemment les données qui sortiront de ce recensement notamment le nombre total des habitants  en vue de la mise en place de la couverture sanitaire universelle prônée par le Chef de l’Etat. Au niveau de la  vaccination des enfants, le ministère entend introduire deux nouveaux vaccins à savoir le Prevenar contre le pneumococ et la deuxième dose de la rougeole à sauce combinée oreillons et rubéole.  
    Dr Fatma Rashid exhorte toute la population comorienne à accueillir à bras ouverts les équipes chargées du recensement déployées sur toute l’étendue du territoire et à répondre avec franchise aux questions qui leurs seront posées. 
Quant à Said Djoumoi, superviseur de la région de Mitsamiouli (de Nzaouzé à Ivoini), est très touché par l’accueil réservé à ces équipes  comprenant 17 contrôleurs et 49 agents recenseurs. 
Dans les ménages déjà recensés, « l’accueil était exemplaire et la population était  attentive aux différentes questions que comprend le questionnaire du recensement » a-t-il constaté.   

Mohamed Mradabi contrôleur, assure le suivi des 2 agents recenseurs, intervient en cas de difficulté mais aussi, il recueille les questionnaires déjà remplis pour les remettre au superviseur qui, à son tour les envoie à l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographique (INSEED). « C’est un travail très technique qui demande beaucoup d’attention » a souligné le contrôleur des zones 3 et 4 de Mitsamiouli. 

En moyenne le travail dure 45min à 1H30 de temps par ménage selon sa taille. En cas de non disponibilité du chef de ménage ou de la personne désignée pour répondre aux questions, nous nous fixons un rendez-vous pour revenir selon sa disponibilité a précisé Ansaf Bacar. 

Le même sentiment est partagé par Anziza Ali Mohamed et Abdou Moussa respectivement recenseuse de la zone 11 et contrôleur des 5 zones de dénombrement de la ville d’Ivembeni.   « Les habitants nous réservent un accueil chaleureux et sont contents de répondre avec enthousiasme et exactitude au questionnaire » ont-ils affirmé.  

A noter que toutes les équipes chargées du recensement ont été formées durant 2 semaines par l’INSEED avant le début du recensement. Elles sont toutes capables d’administrer le questionnaire avec facilité mais aussi à aider à reformuler le questionnaire pour une meilleure compréhension de leurs interlocuteurs. 

Au total, ce sont 1.100 agents recenseurs, 306 contrôleurs et 30 superviseurs qui sont déployés sur le terrain pour le recensement général de la population et l’habitat (RGPH 2017) répartie en 965 zones de dénombrement en Union des Comores.

UNFPA COMORES 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*