Réconciliation à Ndzouani : Un calme précaire entre Koki et Bazimini

Mutsamudu,  Après les événements tragiques qui ont opposé Bazimini à Koki, l’heure est à la réconciliation. Dimanche dernier, les notables des deux villages sages ont arraché une trêve dans ce conflit intercommunautaire. Mais le calme est précaire.

Village commercial surnommé Dubaï, les magasins de Bazimini n’a pu rouvrir ses portes que ce lundi. Le calme semble revenu dans la région. « On était prêt à négocier depuis samedi dernier. Mais les arrestations ont empêché cette négociation. On espère que nos frères seront libérés pour un calme total », a souligné Anzlaine Ali originaire de Bazimini.

Lundi matin, la vie a repris son cours normal dans les deux localités et les routes étaient de nouveau accessibles. Les déplacés ont fait leur retour au village et les artisans de la paix continuent leurs bons offices.

Vendredi à 14h, une pluie diluvienne s’était abattue sur le village. Et après la destruction des bibliothèques de l’école primaire, les livres exposés sur la route ont tous été détruits par la force de l’eau. L’UNICEF, à travers l’enseignement primaire de Ndzouani, la cellule d’écoute et la croix rouge au niveau d’Anjouan redoublent d’efforts pour trouver une solution.

« On doit vite réagir, pour la rentrée des enfants. Les deux villages doivent s’impliquer à fond pour la réparation de ce dégât », assure Fatima Bacar de la cellule d’écoute. Et elle d’ajouter « C’est un grand viol contre les enfants que de détruire une école. C’est aussi brûler l’avenir des enfants. Une enquête doit être ouverte ».

La réconciliation est faite pour des raisons politiques et commerciales car Bazimini est devenu depuis 2010 le village commercial de Ndzouani, après Mutsamudu.

Nabil Jaffar (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*