Réformer notre système de santé pour aller plus loin dans une démarche de qualité

La capitale économique de la République du Bénin accueille depuis hier, lundi 18 juin, la Conférence internationale des ministres de la santé et des ministres des TIC sur la sécurité des soins en Afrique (CIMSA 2018). Pour la participation de l’Union des Comores à cette deuxième édition, deux experts nationaux accompagnent Dr RASHID MOHAMED MBARAK Fatma, notre Ministre de la Santé. En prélude à cette rencontre, la commission des experts a débuté ses travaux dimanche 17 juin. Les participants vont étudier les projets de documents et les notes de synthèse de la première édition de la rencontre qui a eu lieu en 2012.

Cette année, le thème retenu est « l’apport des technologies du numérique dans la gestion des risques et la sécurité des soins en Afrique : quels enjeux pour la gouvernance des systèmes de santé et le développement du tourisme médical ». Pour le ministre Béninois de la Santé, Pr Benjamin Hounlpatin, les ministres des TIC ont été associés cette fois-ci pour « relever de façon efficiente les défis qui attendent le secteur de la santé et booster l’amélioration de la qualité des soins dans les hôpitaux », reporte l’Office de la radiodiffusion du Bénin.

Hier après-midi à Azalai Hôtel a eu lieu une plénière pour les agences nationales de promotion de l’accès universel des services des TIC sur le secteur de la santé en numérique pour réduire les inégalités de l’accès aux soins de santé. Dr RASHID Fatma a eu l’honneur de présider cette première session de la conférence aux côtés de la Directrice régionale de l’OMS et du Ministre de la Santé du Bénin.

Pour le Dr. Jean-Pierre Baptiste, Représentant Résident de l’OMS, le défi qui s’impose aujourd’hui aux Etats est de garantir aux populations un accès équitable à des soins de santé de qualité. A cet effet, « l’utilisation des technologies de l’information et de la communication est indispensable pour renforcer les systèmes sanitaires », a ajouté le représentant Résident.

Dr Moeti Rebecca Matshidiso, Directrice Régionale de l’Oms pour l’Afrique, prend part aux travaux. A l’en croire, « la cyber-santé est en pleine évolution et il existe de nombreuses opportunités pour utiliser les technologies et améliorer la santé ».

Notons que les documents qui seront amendés, serviront de résolutions fortes devant permettre une meilleure sécurité des soins dans chacun des pays en Afrique en tenant compte des progrès scientifiques dans le domaine du numérique.

Ministère de la santé

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*