Rencontre IKILILOU / HOLLANDE : Interview de Mr Youssouf Said Soilihi Président du parti Djawabu Ya Komori-Parti soilihiste

Youssouf-Said-SoilihiComores-infos : Bonjour  Youssouf Said Soilihi, vous êtes le président du parti Djawabu yaKomor , pouvez-vous  nous présenter votre parti politique ?

Youssouf Said Soilihi : Le parti Djawabu Yakomor, crée en janvier 1999 en France et en avril de la même année aux Comores, se réclame de l’idéologie et du régime du feu Président  Ali Soilih Mtsashiwa,  et, à ce titre s’est engagé à :

– Lutter constamment pour une société comorienne débarrassée des fléaux de la corruption à tous les niveaux, de la xénophobie et où règne la justice pour tous et l’équité pour les diverses catégories sociales, les différents secteurs de développement et les différentes régions des Comores ;

– Œuvrer pour l’unité et   l’intégrité territoriale des Comores,  la préservation des valeurs culturelles authentiques dont la langue nationale qui doit être enseignée et officielle, valeurs religieuses et sociologiques du peuple Comorien ;

– Instaurer un régime politique démocratique et socialiste auquel seront associées dans sa gouvernance les différentes composantes de la population marginalisées par le système en vigueur dont les femmes et les jeunes  et ceci notamment , par la promotion d’ un système électoral qui leur fera une large place  ;

– Réaliser une décentralisation du système politique et administratif en recréant les unités décentralisées comme les mudirias  et l’administration régionale dans les bavus;

– Mettre en œuvre le plan quinquennal actualisé du Mongozi qui aura pour effet de mettre un terme à la pauvreté, au chômage, à la misère, à la faim, à la maladie, à l’ignorance, à l’obscurantisme, à l’analphabétisme et à l’illettrisme  et de réduire les inégalités sociales, économiques et géographiques ;

– Réaliser un type de développement respectueux des contraintes de l’environnement et de l’équilibre des écosystèmes.

– Mettre en œuvre une politique en matière de relations internationales qui tienne compte de notre environnement culturel et géographique, de notre civilisation arabo islamique, de notre appartenance à l’espace géo-linguistique francophone.

Il a déjà pris part à diverses élections présidentielles(2002) et législatives(2004)  et des gouverneurs (2007). Et sera présent aux prochaines échéances. Il œuvre en ce moment au rassemblement le plus large possible des Soilihistes.

Comores-infos : Le président IKILILOU était en visite en France sur invitation du président HOLLANDE qu’attendait votre parti politique de cette visite ?

Youssouf Said Soilihi : Vous parlez d’invitation ? Est-ce que réellement, le Président comorien a-t-il été invité par son homologue français ? J’en doute. Sinon, pourquoi n’a-t-il pas eu la courtoisie d’aller l’accueillir à l’aéroport ? Ou tout simplement d’envoyer un membre de son gouvernement le faire ?

Pour moi, c’est une visite inopportune parce que ne rapportant rien au peuple comorien,  inutile parce que mal préparée et, donc bâclée. C’est une visite qui aura montré beaucoup d’insuffisances voire des fautes de la part de nos diplomates tant aux Comores qu’en France, une visite dont les objectifs  ont été entourés d’une opacité totale ; une visite synonyme d’humiliation  (accueil inconvenant à l’aéroport, séance de travail inapproprié et non protocolaire du Président au Ministère des affaires étrangères,  entretiens manquant d’élégance à l’Assemblée nationale) .Alors, que pouvions-nous attendre d’une telle visite ?

Je pensais naïvement que l’occasion allait être belle pour prendre des mesures courageuses visant à mettre autour d’une table les mahorais et les  autorités comoriennes pour inventer la voie devant amener au règlement définitif du contentieux regrettable qui déchire l’Union des Comores avec la France à propos de l’occupation illégale  de l’île comorienne de Mayotte. Rien n’a été fait dans ce sens. Cette visite constitue donc un non événement, une visite pour rien.

Comores-infos : Que pensez-vous de la signature de l’accord d’amitié entre le président HOLLANDE et son homologue IKILILOU ?

Youssouf Said Soilihi : Peut-on vraiment parler d’amitié entre une puissance occupante et un pays occupé ? De coopération réelle entre une puissance comme la France et un micro Etat comme l’Union des Comores dont l’aide qui lui est accordée reste subordonnée à l’acceptation du fait accompli ? C’est-à-dire du statut colonial de Mayotte. Comme chacun l’aura remarqué, ce texte ne mentionne nullement l’Union des Comores qui, dans notre entendement, se compose de quatre îles, mais parle plutôt de Comores. Or, le Président Ikililou se présente comme celui de l’Union des Comores. Que doit-on comprendre, quand le Président François Hollande s’empresse de préciser que la France comprend Mayotte ? Je n’en déduis que le Président de l’Union des Comores s’est laissé piéger en acceptant une déclaration d’amitié entre les Comores composées de trois îles et la France qui comprend Mayotte. Comment peut-on qualifier cela ?

Certaines voix disent qu’il n’a pas été question de Mayotte ni dans leurs échanges ni dans le texte signé. Moi, je soutiens le contraire. Je suis d’avis que cette déclaration d’amitié  parle de Mayotte indirectement: qu’il s’agisse de la coopération régionale ( dans l’entendement de la France, elle doit inclure Mayotte), de la circulation des biens et des personnes entre les quatre îles, du nouveau chapitre dans les relations entre les deux pays(La France avec Mayotte et les Comores amputées de la quatrième île), d’une nouvelle impulsion des relations bilatérales, de partenariat stratégique etc

Pour moi, cet accord suscite de multiples questions et appelle de ma part la plus grande réserve. Et son application gagnerait à  être ajournée.

En effet, il est temps pour les Comores de  faire un bilan de leurs relations avec la France, une évaluation aussi exhaustive que possible de la coopération entre les deux pays depuis l’accession des Comores à l’indépendance. Car depuis 1978, la France a toujours fait valoir cette idée vieille de trente-cinq ans qu’elle allait privilégier le dialogue direct avec les autorités comoriennes pour régler ce contentieux franco comorien. Et depuis, les régimes et les équipes se succèdent en France, mais le discours et les objectifs restent les mêmes. Pire, Mayotte a changé entre temps de statut. N’est-il pas temps de remettre en cause cette rhétorique de cadre bilatéral pour régler le contentieux franco comorien à propos de Mayotte autrement ?

Comores-infos : Pensez-vous que cet accord va permettre de mettre fin aux naufrages qui se produisent entre Anjouan et Mayotte ?

Youssouf Said Soilihi : Non, je ne le pense pas du tout. L’arrêt de ces naufrages ne peut  se régler que par la suppression du visa Balladur. L’idée selon laquelle  ce drame se réglerait par le nivellement par le haut du développement des quatre îles me parait fausse car, tant que l’Union des Comores continuera à subir la déstabilisation chronique et permanente (coups d’Etat réalisé avec la bénédiction si ce n’est l’appui de puissances étrangères, révolution sécessionniste fomentée et alimentée par des forces extérieures , immiscions flagrantes dans les affaires intérieures des Comores) dont elle est victime, ce pauvre pays ne pourrait  jamais connaitre une stabilité sans laquelle le développement n’aurait pas de sens. Le retard des Comores en matière de développement est dû plus à la déstabilisation et aux influences extérieures néfastes que par la mal gouvernance.

A propos de ces naufrages dont les conséquences sont qualifiées par certaines voix de crime contre l’humanité, il faut s’attendre à ce que la France multiplie les moyens de contrôle et impose à l’Etat comorien d’effectuer ce travail moyennant des fonds et des équipements importants (l’Union européenne dispose de budgets conséquents visant la lutte contre l’immigration clandestine) . Donc, cet accord ne règle rien en ce qui concerne ces naufrages.

Comores-infos : Le président IKILILOU a annulé son rendez-vous avec la diaspora comorienne de Paris sans la moindre explication. Beaucoup d’observateurs disent que le président voulait fuir ses responsabilités.  Quelle est la position de votre parti politique ?

Youssouf Said Soilihi : Le Président  a pourtant honoré un autre rendez-vous avec la communauté à Lyon. Donc, il faut trouver les raisons de cette annulation ailleurs. Même si, il est vrai, il aurait été plus judicieux de privilégier Paris en lieu et place de Lyon.

Comores-infos : Pour terminer notre entretien en regardant l’avenir, quelles sont vos propositions pour le retour de Mayotte dans son giron naturel ?

Youssouf Said Soilihi : Naturellement, pour nous, il s’agit d’un problème de décolonisation inachevée qui, pour être solutionnée, demanderait des actions diplomatiques intenses et permanentes, une forte mobilisation de l’opinion nationale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur notamment en France. Constatant la faiblesse et les ambiguïtés permanentes de la diplomatie comorienne  qui découragent les partenaires des Comores dans ce dossier, l’une de ces trois formules suivantes pourrait être envisagée, étant entendu que l’objectif pour nous reste le retour de Mayotte dans son giron naturel.

1-      Un référendum en France comme le prévoit la constitution française.

2-      Un statut particulier confiant la gouvernance intérimaire de cette île aux  Nations Unies pour une durée à déterminer.

3-      Nomination conjointe par la France et l’Union des Comores d’une personnalité de dimension internationale avec la mission de conduire un dialogue  entre les comoriens des quatre îles avec un calendrier précis visant au bout d’un certain temps le retour de cette île sous la souveraineté de l’Etat comorien.

Je vous remercie.

Toute l’équipe de Comores-infos vous remercie.

3 commentaires sur Rencontre IKILILOU / HOLLANDE : Interview de Mr Youssouf Said Soilihi Président du parti Djawabu Ya Komori-Parti soilihiste

  1. pourquoi tourner encore le couteau dans la plaie ouverte? Ali soilihi est en enfer. Qu’il y demeure éternellement AMINE! Pour la mal qu’il a fait aux comoriens: c’est lui, l’initiateur des coups d’état, c’est lui le vrai séparatiste (en écartant au pouvoir le père de l’indépendance) juste après qlqs mois de l’indépendance, parce qu’il est anjouanis; c’est lui qui a initié les débarquements militaires à Anjouan, rien que pour tuer des anjouanais et des anjouanaises.

  2. Je ne vais pas trop rentrer dans la politique politicienne de Mr youssouf said, mais je vais réagir quand même sur deux choses.
    D’abord je sursaute quand tu dis que vous voulez instaurer un régime politique démocrate et socialiste;
    Explique nous bien puisque je crois que le journaliste n’a pas saisi l’occasion de te demander qu’est ce que ça veut dire?
    c’est la dictature soilihiste du parti unique à la cubenne donc toute le monde en prison si on est contre? vous avez bien dit « Instaurer ».
    Est ce que c’est le social démocratie à l’européenne, alors là cher franco comorien Mr youssouf Said, car n’oublions pas que tu as toujours gardé ta nationalité français, et pourtant ali soilihi ne l’aurait jamais fait.
    merci de nous éclairer de ce que vous appelez instaurer un régime politique du socialisme democrate

  3. Interview vraiment intéressent rempli de bon sens, la position du mouvement Djawabu Ya Komori-partie Soilihiste représenté ici par son président Youssouf Said Soilihi, tant sur la manière de gouverner notre pays, une rupture totale avec la doctrine actuelle baser sur la corruption et le détournement de fond et la politique de la main tendu, nous devons faire preuve de patriotisme est surtout faire en sorte de développer notre jeune nation avec l’apport de tout les citoyens sans oublier la diaspora première bailleur de ce pays. C’est bien dommage que notre président Ikililou ne résonne pas de la sorte sur le différent qui oppose l’état comorien et la France sur l’occupation illégale de l’île comorienne de Mayotte avec les conséquences dramatique que nous connaissons du au visa Balladur instauré depuis 1994 ce visa assassin à fait de nombreuses victimes dans le lagon ce qui vaut de détenir le triste record au livre des Guiness comme le plus grand cimetière marin au monde avec pas moins de 15. 000 morts depuis 18 ans.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*