Renforcer les sciences dans les lycées

Le ministère de l’éducation nationale, avec l’appui du Centre International d’Etude Pédagogique (CIEP) de La Réunion, a mis en place le projet d’appui à un enseignement scientifique d’excellence dans les écoles secondaires de l’Union des Comores.

Renforcer l’enseignement des sciences dans les écoles secondaires des Comores, un projet lancé hier par le ministère de tutelle et le Centre local du Centre International d’Etude Pédagogique de la Réunion. Cette année, 3 établissements pilotes, le Lycée Said Mohamed Cheikh de Moroni ainsi que les lycées de Domoni et de Fomboni, sont concernés. « Le projet sert à accompagner les autorités du ministère de l’éducation nationale à mettre en place un enseignement d’excellence des sciences : en science chimie, physique et science de la vie et de la terre, et surtout développer la mise en place des travaux pratiques et des travaux dirigés dans les classes de sciences », explique Patrick Parrot.

Le projet vise à accompagner une réforme en profondeur de l’enseignement des sciences, conformément aux résolutions prises dans le cadre de la transition du secteur de l’éducation adoptées par le gouvernement comorien. Il s’articule autour des visites d’études, des actions de formation continue au bénéfice des enseignants des disciplines scientifiques (sur le plan méthodologique, pédagogique et renforcement linguistique), de dotation des laboratoires scolaires en kits d’expérimentation favorisant la mise en œuvre d’un enseignement des sciences fondé sur l’investigation et l’organisation d’évènements promotionnels autour de l’enseignement des sciences.

« Pour le moment, les enseignants comoriens sont bien formés à l’Université des Comores et ils maitrisent leur discipline mais ils ont des difficultés à mettre en place des séances de travaux dirigés pour faire faire des expériences avec leurs élèves parce qu’ils n’étaient pas bien préparés, mais aussi à cause du manque de matériel. Le projet vise aussi à équiper les 3 établissements pilote avec un matériel important et mettre en place des petites expériences dans la science », poursuit-il.

Le commissaire à l’éducation de l’île de Ngazidja a salué cette initiative soulignant l’importance des sciences dans le développement économique des pays. « Les disciplines scientifiques commencent à disparaître dans notre pays. Et sans cette discipline, il n’y aura pas de développement. C’est pourquoi aujourd’hui, on fait le tout pour renforcer ce secteur », avance Maoulida Ben Oussein. Le projet d’appui aux sciences dans le pays est financé par le programme INTEREG Océan Indien de la Réunion mais aussi par l’AFD et l’ambassade de France aux Comores. La durée du programme est d’une année scolaire. Après cette première session au lycée de Moroni, deux sessions se tiendront respectivement au lycée de Fomboni puis celui de Domoni au mois de mai prochain.

Mohamed Youssouf / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*