Résidence surveillée : Le juge de référé déclare la demande de main levée irrecevable

La demande de main levée de la mesure administrative plaçant l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi en résidence surveillée a été déclarée irrecevable par le juge de référé, hier au tribunal de Moroni. Ce jugement attendu lundi s’était vu ajourné pour être finalement rejeté par le président du tribunal de première instance de Moroni. Me Mahamaoudou, l’avocat de l’ancien président, n’a pas tardé à réagir. Il a informé avoir déjà interjeté un appel à ce jugement.

Pour sa part, l’avocat du gouvernement, Me Saïd Larifou, a déclaré que sur la forme, le juge de référé ne pouvait que déclarer l’action irrecevable car la saisine d’un juge respecte un certain formalisme qui en l’espèce n’a pas été observé. Quant au fond, l’avocat a précisé que les derniers événements, notamment l’appel des parlementaires de Juwa à la désobéissance, donnent raison au ministre de l’intérieur qui «je le rappelle n’a fait qu’exercer à titre préventif son pouvoir de police».

Et l’avocat du gouvernement d’ajouter que «les déclarations de Sambi ont légitimé les mesures prises à son encontre car lorsqu’on est ancien président, on n’incite pas ses militants à la désobéissance». Au terme de sa déclaration à la presse, Me Saïd Larifou a rappelé que le recours possible dans un état de droit est la justice et non la rue ou la désobéissance.

Cette saisine du juge de référé intervient suite à une note circulaire du secrétaire général du ministère de l’Intérieur, signée le samedi 19 mai dernier, qui plaçait l’ancien président Sambi en résidence surveillée. Estimant que cette mesure est illégale et arbitraire, l’ancien président et son avocat ont introduit cette demande de main levée devant le juge de référé.

Mariata Moussa / Alwatwan

5 commentaires sur Résidence surveillée : Le juge de référé déclare la demande de main levée irrecevable

  1. Cette fois-ci c’est pour troubles à l’ordre public ou pour l’enquête de la citoyenneté économique ? Je ne suis plus. Avec le communiqué de la presidence la semaine dernière, je pensais qu’il en résidence surveillée pour troubles à l’ordre public.

  2. Qu’on ne s’y trompe, il y a ici la main du gouvernement. Moi je me demande s’il y a jamais eu une justice aux Comores. Vous prenez tous les affaires de droit ; la justice est toujours rendu en faveur du plus riche ou ou du pouvoir. Jen suis pas partisan de Sambi loin de là mais vous allez voir ; Sambi ne fera pas de prison mais après l’avoir humilié et bien on l’incitera à s’expatrier et on fera des élections où c’est la majorité présidentielle qui régnera. Pauvres Comores

  3. Les Anjouanais, il ne faut pas compter de Moroni une justice impartiale, Azali et ses acolytes sont résolus à tout faire pour mettre fin à une probable réussite politique de Sambi aux Comores, sur ce, les Anjouanais, si vous n’avez pas compris le jeu macabre d’Azali contre Sambi, tant pi pour l’île d’Anjouan qui est de nouveau contrainte au séparatisme…Mais, nous allons nous séparer de Moroni et une fois où nos compatriotes de Ngazidja réussiront à nous accompagner dans la lutte, nous retournerons les rejoindre dans le giron Comoriens

Répondre à Mernisse Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*