Retour du chef de l’Etat à Moroni : Azali Assoumani a plaidé pour un transfert de compétences

Le chef de l’Etat, Azali Assoumani, a regagné Moroni hier après avoir pris part au IIIème sommet du Forum sur la coopération sino-comorienne. A l’occasion de cet important sommet, le président a rencontré différents chefs d’Etat du continent avec lesquels il a échangé sur la situation politique du pays et les engagements pris pour asseoir la stabilité et la cohésion institutionnelles. Azali Assoumani a mis à profit son séjour à Beijing pour défendre son cher projet de faire des Comores un pays émergent à l’horizon 2030. Le président de la République reconnait la place du capital humain dans le processus de développement du pays. Il a multiplié les rencontres avec de nombreux investisseurs et hommes d’affaires chinois sollicités pour venir prospecter le marché comorien.

Le président de la République, Azali Assoumani, est de retour à Moroni après avoir pris part au IIIéme sommet du Forum sur la coopération sino-africaine tenu à Beijing du 3 au 4 septembre dernier. Dès sa descente sur le tarmac de l’Aéroport International Moroni Prince Said Ibrahim, le chef de l’Etat a reçu les honneurs militaires avant de s’offrir, comme à l’accoutumée, un bain de foule. Dans son discours prononcé à Beijing lors la clôture du sommet, le président Azali Assoumani a réaffirmé la décision de son pays «de rejoindre le cercle des pays émergents à l’horizon 2030».

De ce fait, le chef de l’Etat a sollicité l’appui de la Chine, «notamment pour la réalisation de grandes infrastructures de base dans les domaines aéroportuaire, portuaire, routier, touristique, agroalimentaire et hôtelier, des télécommunications ainsi qu’énergétiques». Convaincu que l’objectif ne sera pas atteint sans une main d’œuvre qualifiée, le président Azali Assoumani a plaidé pour un transfert de compétences et de technologies pour permettre au pays de «disposer de ressources humaines hautement qualifiées et formées dans les spécialités couvrant l’ensemble de ces domaines prioritaires pour le développement». Le président de la République a remercié, à cette occasion, les «amis chinois et africains, de m’avoir accompagné dans le référendum qui s’est bien déroulé dans mon pays, et je vous demande de bien vouloir nous accompagner dans les prochaines élections présidentielles et des gouverneurs, pour qu’elles se déroulent dans de très bonnes conditions».

Dans son discours, le chef de l’Etat comorien a lancé un plaidoyer en faveur des Petits Etats insulaires en développement (Peid), comme il l’avait fait au cours du sommet de l’alliance solaire internationale le 11 mars dernier à New Delhi. «Nous saluons l’initiative du G20 pour soutenir l’industrialisation en Afrique et dans les pays les moins avancés, et exhortons les pays développés à honorer leurs engagements en matière d’aide publique au développement, il me paraît nécessaire de réitérer la nécessité d’accorder une attention particulière aux Petits pays insulaires en développement», a-t-il soutenu.

Et de continuer : «ces pays, Monsieur le Président, en raison de leur vulnérabilité et de leur enclavement, ont besoin de bénéficier d’un appui spécifique, adaptés aux réalités de leurs environnements», a-t-il dit avant d’ajouter : «les programmes prévus pour les pays en développement, en général, et les pays africains en particulier, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies, doivent être réajustés pour prendre en compte l’insularité de certains de nos pays et leurs vulnérabilités adjacentes», fait-il observer. Et de saluer l’initiative du président Xi Jinping de «la ceinture et la route». Une vision, dit-il, très prometteuse ouvrant «de nouvelles perspectives de coopération capables d’accompagner la dynamique d’intégration africaine et d’offrir, à toutes les parties prenantes, des immenses opportunités de coopération».

Maoulida Mbaé / Alwatwan

3 commentaires sur Retour du chef de l’Etat à Moroni : Azali Assoumani a plaidé pour un transfert de compétences

  1. Le président demande qu’on le soutienne à réaliser de nouvelles élections de présidents et gouverneurs.
    Est ce que cela demande qu’on change la constitution?(détruire,perdre l’argent des comoriens?)
    S’il cherche à être président,déjà il est président et il lui reste un grand temps dans son mandat;des gouverneurs,il y en a déjà et il leur reste un long temps dans leur mandat.
    Que cherche vraiment ce président?ma réponse est la suivante:
    –faire endetter le pays comme les précédents sans penser rembourser.
    –faire gaspillage inutile de l’argent des comoriens(cas des assises et reférendum)
    –faire souffrir le peuple(chômage intense des jeunes dimlomés,arriérés de salaires des fonctinnaires plus de 30 mois)

  2. Bizarre est de costater que le président cherche à créer des lourdes dettes extérieures ,comme l’ont fait les précédents.Des dettes qu’il n’est pas en mesure de payer.Regardez les dettes intérieures(arriérés de salaire,on compte plus de 30 mois non payés).
    Quel est ce nouveau président qui payera ces dettes?Qui assurera la vraie émergence du pays?

  3. De toute façon il été partie faire ses business avec sa Ambari et ses potes , les comoriens n’attendent rien venant de lui qu’il diminue un peu de grossir le ventre et arrêté de mangé comme un sans espoir.

Répondre à Malala Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*