Ridja et l’émergence, une affaire qui roule

S’il y a un homme qui croit (enfin je suppose) dur comme fer au concept d’émergence, c’est bien Said Larifou. Depuis des semaines, il a entrepris d’organiser des conférences dans les régions pour sensibiliser la population sur l’émergence et ses bienfaits. A en croire le journal indépendant Lagazette des Comores, Larifou verrait d’un bon œil la suppression de la chaise tournante pour la présidence de l’Union. « La tournante a des limites et le pays n’en grandit pas. Il est injuste d’attendre jusqu’à 15 ans pour briguer la magistrature suprême, malgré les compétences. Le temps ne nous appartient pas » aurait-il dit au cours de son escapade à Mandza Mboudé vendredi dernier. Larifou appelle les politiques à prendre position sur la question de la tournante pour essayer de la revoir. Rappelons que plusieurs ténors demandent une révision constitutionnelle notamment pour instaurer un régime parlementaire. Reste à savoir si Ridja parle d’un vrai projet ou d’une politique pour être dans les petits papiers du régime actuel.

1 commentaire sur Ridja et l’émergence, une affaire qui roule

  1. Cet avocat de formation est un affamé du pouvoir.

    Certes, la constitution a mis en place un système de pouvoir absurde. Mais, Celui qui a songé à cette absurdité voit aujourd’hui ses limites.l’artisan de de cette loi cherche tous les moyens pour rester au pouvoir. C’est pourquoi, il a demandé à Mr Elarif de faire la promotion d’une nouvelle constitution.

    Nous proposons donc, à Mr Élargi de retourner au barreau afin de plaider pour une cause noble. Sachez que tous les moyens ne sont pas forcément permis. Intégrer le gouvernement quel que soit le prix n’est pas digne d’un avocat.Cela, montre que vous n’avez pas des convictions à défendre. Azali à trahi la nation quand il s’est réfugié à l’ambassade de France. Il s’agit d’un crime de Majesté. Ensuite, il bafoué le droit international en prenant le pouvoir illégalement. Pire, car il a ruiné le pays en vidant tous les deniers collectifs. Il est le seul chef d’État de l’océan Indien dont ses biens mal acquis inquiètent la communauté internationale. aujourd’hui, il est encore président, mais il n’a pas pris conscience de ses actes. Il continue toujours de piller les caisses de l’ensemble des comoriens. Nous avons appris le mois de mai dernier que Mr azali fait tous pour modifier sa constitution. Par ailleurs, il a sollicité à Elarif de réfléchir sur une nouvelle constitution. Il faut dire que ce comportement d’un avocat de formation nous donne hélas de la nausée.

    Tout cela donc, pour rentrer au gouvernement.quelle honte pour une personne censée être au premier plan.

    Bref, les comoriens n’ont pas confiance à leurs hommes politiques.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*