rise entre l’Arabie Saoudite et l’Iran : L’Union des Comores rappelle son ambassadeur à Téhéran

wpid-screenshot_2016-01-07-09-45-27-1.png

Après les Emirats arabes unies, le Soudan et le Bahreïn, l’Union des Comores a, à son tour, rappelé son ambassadeur en Iran en guise de solidarité avec l’Arabie saoudite. Depuis lundi, Riyad a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran suite à l’attaque contre sa représentation diplomatique en Iran. Ce regain de tension est né de l’exécution d’un leader chiite, Nimr Baqer Al-Nimr.

image

Dans la crise diplomatique qui oppose l’Arabie saoudite à l’Iran, l’Union des Comores vient de choisir son camp. Le communiqué publié hier par le ministère des Relations extérieures ne fait pas dans la dentelle. Le gouvernement réaffirme non seulement ‘‘sa solidarité et son amitié (…) au royaume d’Arabie saoudite’’, mais il ‘‘condamne (surtout) avec la plus grande fermeté toute ingérence dans les affaires intérieures saoudiennes’’.

En effet, les Comores considèrent la réaction de Téhéran à l’exécution d’un leader chiite d’origine saoudienne, accusé d’être à l’origine de nombreux attentats meurtriers à Riyad, comme une immixtion inacceptable dans les affaires du royaume des Saoud.

Moroni dit, par ailleurs, son attachement ‘‘au respect scrupuleux, conformément aux normes internationales, du principe de l’inviolabilité des missions diplomatiques pour garantir la paix et la souveraineté des Etats.’’ Il reprouve ainsi les ‘‘violences et les destructions perpétrées contre la représentation diplomatique du royaume d’Arabie saoudite en République islamique d’Iran’’.

Vu ce ‘‘climat d’escalade et d’agressions gratuites’’, le gouvernement a enfin décidé ‘‘de rappeler immédiatement pour consultation son ambassadeur’’ à Téhéran. Les Comores deviennent le quatrième pays à avoir pris cette mesure, après les Emirats arabes unies, le Bahreïn et le Soudan. Ces deux derniers pays sont allés encore plus loin en rompant leurs relations diplomatiques avec l’Iran et en déclarant ses ambassadeurs persona non grata.

Ce communiqué du Mirex témoigne de la solidité des relations entre Moroni et Riyad. Il intervient au lendemain de la visite aux Comores d’une mission saoudienne, composée de personnalités civiles et militaires, qui s’est entretenue notamment avec le chef de la diplomatie comorienne et le président de la République. Deux semaines plus tôt, le royaume saoudien avait accordé aux Comores une aide budgétaire de 40 millions d’euros, soit 20 milliards de fc dont une partie a servi à apurer les arriérés de salaires des fonctionnaires. Des symboles de relations qui se portent de plus en plus mieux.

Mohamed Inoussa / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*