Route Moroni-Fumbuni : L’Etat indemnise «les propriétaires des maisons avoisinantes»

Le gouvernement a procédé au lancement des travaux de réhabilitation de la Route nationale 2 ou Rn2, du sud de la capitale vers le sud de Ngazidja (du rond-point Buscail à Fumbuni) et la Rn23 allant de Sima à Moya, à Ndzuani, depuis le mercredi 17 octobre dernier. Ces axes routiers sont financés par la Banque africaine de développement (Bad) et l’Union Européenne (Ue), à hauteur de 16 milliards de francs comoriens. Pour la route Moroni-Fumbuni, le coût des travaux est estimé à 10 milliards de francs comoriens, alors que six milliards sont mobilisés pour le tronçon Sima-Moya.

Près de trois mois après le lancement des travaux de réhabilitation de la Route nationale 2 ou Rn2, du sud de la capitale vers le sud de Ngazidja (du rond-point Buscail à Fumbuni), les échos d’un début des travaux vont bon train. Des habitants de la localité de Mde sont en train de démolir, mosquée, maisons, et marché construits à la limite de la Rn2, il y a quelques jours.
Ali Mouigni Mali, un des habitués de la mosquée dite «Samani», est mieux indiqué pour expliquer l’opération. Il a, tout d’abord, rassuré que tout a été discuté dans une réunion, il y a quelques mois au sujet de l’élargissement de cette route, entre les responsables du projet de réhabilitation de la route et les propriétaires des maisons situées en bordure de la chaussée. Selon lui, tous les participants ont accepté de céder leurs places pour que la route soit élargie. «Un mois après, le gouvernement est entré en contact avec les propriétaires pour les indemniser par rapport à la valeur des habitations. On nous indemnise pour la construction et non pour le terrain. Nous en avons accepté. Presque nous sommes tous indemnisés, près de vingt cas», a fait savoir Ali Mouigni Mali. A l’entendre, les concernés sont restés persuadés que la circulation est l’un des «principaux» piliers du développement du pays.
«Notre localité de Mde aime toujours accompagner les bonnes initiatives parce que nous sommes attachés au développement. Du coup, il n’est pas étonnant de voir que l’idée d’abandonner nos places soit acceptée à l’unanimité», a expliqué ce fidèle de la mosquée «Samani», construite il y a juste trois ans.
Quant au marché de cette localité de Mde, la situation demeure la même à l’heure actuelle. D’ores et déjà il est partiellement démoli. Fatima Mabroukou, qui y travaille depuis plus de vingt ans, a montré, par ailleurs, sa joie et sa fierté pour la délocalisation du dit marché au profit de la route du sud. «Rien n’est si important que la construction d’une route.

«Une largeur de 7 mètres»

D’ailleurs, notre localité nous a déjà mis à disposition un autre terrain. C’est pour prouver combien nous sommes d’accord de tout abandonner pour le développement du pays. Nous sommes ici, au marché temporairement», a-t-elle fait comprendre.
Elle a, en effet, confirmé que le gouvernement a déjà déboursé 2.880.000 de francs comoriens pour la construction d’un autre marché. «Cette somme va nous permettre de lancer le chantier. Certes, ce montant demeure insuffisant pour le construire par rapport au terrain octroyé par la localité. Mais cette dernière est prête à compléter le reste du fonds. C’est une occasion pour nous d’obtenir un marché assez grand», s’est réjoui Fatima Mabroukou. Le gouvernement a procédé au lancement officiel des travaux de réhabilitation de la Rn2, à Ngazidja, et la Rn23 allant de Sima à Moya, à Ndzuani, depuis le mercredi 17 octobre dernier. Ces axes routiers sont financés par la Banque africaine de développement (Bad) et l’Union européenne (Ue), à hauteur de 16 milliards de francs comoriens.

Le projet prévoit 49 kilomètres

Pour la route reliant Moroni à Fumbuni, le coût des travaux est estimés à 10 milliards Kmf, alors que 6 milliards sont mobilisés pour le tronçon Sima-Moya. Le jour de la cérémonie de pose de la première pierre, le président de la République, Azali Assoumani, avait annoncé que cette somme de 16 milliards de francs comoriens sera supportée à hauteur de 60%, soit 9,6 milliards par la Bad et 40%, soit 6,4 milliards par l’Ue. Le chantier de ces deux axes routiers est confié à la société française, «Eiffage Construction», «troisième en bâtiment, travaux publics et route dans le territoire Français», d’après nos sources. Le projet prévoit 49 kilomètres en enrobée à partir du rond-point Buscail, au sud de Moroni, jusqu’à la ville de Fumbuni. La route aura une largeur de 7 mètres entre Moroni et Mitsudjé. A partir du chef-lieu de Hambu, la route sera de 6 mètres de largeur jusqu’à la ville de Fumbuni.

Nazir Nazi / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*