Rupture avec le Qatar : Une manifestation avortée à Ndzuani

​La rupture par le gouvernement comorien de ses relations diplomatiques avec le Qatar fait couler de la salive à Ndzuani aussi. 

Avant-hier, dimanche, une marche pacifique civile de contestation de cette décision a failli être organisée à Mutsamudu, mais le déploiement à travers la ville dès le matin des éléments du Peloton d’intervention de la gendarmerie nationale (Pign) a visiblement dissuadé ses organisateurs.
Cette marche avait, semble-t-il, été initiée par les employés au chantier de l’hôpital Cheikh Jassim, en construction à Mutsamudu depuis plusieurs années et financée par une fondation qatarie.
Entre autres personnes qui ont vivement réagi  à cette décision par les medias, un certain Miftahou Abdallah. «Le Qatar a beaucoup fait pour nous ; ce sont des amis honorables.
Et aujourd’hui si vous leur dites de s’en aller, il est tout à fait normal que nous citoyens vous demandions des explications, contestons cette décision», a-t-il dit. Miftahou est le directeur de cabinet du gouverneur Abdou Salami Abdou, mais ici il dit s’exprimer «en tant que simple citoyen».
Il est à noter que contrairement aux autres îles, à Ndzuani, jusqu’à hier, lundi, l’exécutif n’avait pas réagi officiellement à cette situation. Interrogé à ce propos, un conseiller du gouverneur s’est ainsi expliqué : «il n’y a pas eu de prise de position officielle de l’exécutif sur cette affaire, et je ne pense pas qu’il y en aura.
Déjà l’on nous accuse à tort d’avoir été derrière le projet de marche pacifique qui avait été annoncée pour le dimanche, alors que c’était en réalité une initiative citoyenne, émanant surtout des employés du chantier de l’hôpital Jassim, qui perdent ainsi leurs emplois». 

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*