Salami: loin de la politique de la chaise vide, c’est le combat pour des principes

L’événement du rassemblement des patriotes à Dar Nadjah est incontestablement une réussite politique. Face au déni de réalité organisé du pouvoir et du CPAN à la faveur d’une propagande mensongère, de la dilapidation des moyens de l’Etat et de la remise en cause de l’Etat de droit et des institutions, une preuve patente de la réalité des assises vient d’être administrée.

Les assises ratent lamentablement leur vocation d’unification du pays, le rendez de la synergie nationale pour des solutions nouvelles qu’elles supposent, pouvant permettre aux Comores de retrouver la voie du développement socio-économique. Le docteur Salami en avait tiré la sonnette d’alarme, mais le pouvoir central ne l’a pas écouté. Il a fait le choix de méthodes douteuses.

Les assises divisent au lieu d’unir ! Cette image de division du pays n’a rien à voir l’émergence. Faire pour nous sans nous, c’est faire contre nous, disait Mandela. L’auto-proclamation n’est pas un principe de gouvernement d’un pays qui se donne des ambitions de modernité.

Mettre 6OO personnes dans une salle acquises à votre cause pour acclamer des idées contestables et faire croire à un consensus national est une tricherie. Salami ne pouvait l’admettre quel qu’en soit le prix.

Il réclame de vraies assises qui se nourrissent de principes susceptibles de placer réellement les Comores dans la voie du redressement. En prenant ses responsabilités, il a encouragé les autres à prendre aussi les leurs. Un front des patriotiques est né. Nul doute que l’histoire de notre pays retiendra cette date.

A.BOURHANE

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*