Salim Saadi à Ikoni : « je suis le seul vrai opposant au régime »

«J’ai appelé les onze autres candidats à l’unité de l’opposition, ils ne m’ont pas écouté. En fait, chacun veut tout simplement, devenir président. Vous verrez qu’au deuxième tour, la majorité de ces candidats s’alliera au candidat du pouvoir ». Pour maintenir la paix et la stabilité dans le pays, « je remettrais le pouvoir à un enfant de Ndzuani en 2021 dans le respect des accords de Fomboni et de la présidence tournante».

Après sa tournée dans le Bambao ya Mbwani, c’est à Ikoni, chef-lieu de la région, que le candidat Salim Saadi a inauguré son quartier général. « Un jeune candidat plus en forme que ses adversaires », c’est l’image qu’a voulu montré Salim Saadi, jeudi dernier. A l’entrée de la ville, le candidat a parcouru à pieds avec ses sympathisants une distance de plusieurs centaines de mètres pour joindre son bureau. La foule a défilé en clamant : « Le président que nous aimons, Ikoni est pour Salim Saadi ! »

En préliminaire, le jeune candidat a tenu à remercier la foule : « je suis ému, je ne m’attendais pas à ça, je ne trouve plus les mots, juste vous dire merci ». Celui qui dit« représenter les jeunes à l’élection présidentielle », a annoncé déclarer la guerre contre « le chômage, l’injustice, la faim et la pauvreté ».

Selon lui, les douze autres candidats qui se sont déclarés de l’opposition au régime actuel, « ne sont pas de vrais opposants ». « J’ai appelé les onze autres candidats pour l’unité de l’opposition, ils ne m’ont pas écouté. En fait, chacun veut tout simplement, devenir président. Vous verrez qu’au deuxième tour, la majorité de ces candidats s’alliera au candidat du pouvoir. La réalité est que je suis le seul vrai opposant », a-t-il souligné.

Salim Saadi a évoqué enfin la nouvelle constitution qui accorde un mandat de 5 ans au prochain président. Selon lui, pour maintenir la paix et la stabilité dans le pays, « je remettrais le pouvoir à un enfant de Ndzuani en 2021 afin de respecter les accords de Fomboni et la présidente tournante ».

Azali Soilihi / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*