Sambi a compris que sa vie est menacée

L’ancien Président de la république et Président d’honneur du parti JUWA est convaincu que AZALI et son gouvernement vont porter atteinte à sa vie.

Il a analysé l’enchainement des événements qui se sont succedés à son encontre et craint pour sa vie et celle de plusieurs comoriens.
Il écrit au Ministre de la Ligue des Etats Arabes et prend la communauté internationale à témoin de la persécution dont il est victime pour avoir seulement critiqué la décision d’abroger la Cour Constitutionnelle et l’organisation d’un référendum sans le juge électoral.
Cette émouvante correspondance touche au plus haut point les fan du précheur, à sa famille politique et à tous les comoriens épris de paix et désireux de vivre dans un pays de droit.

Anjouan, la victime se doit de défendre les acquis démocratique comme il l’a fait le 6 juillet 1975, le 13 Mai 1978 et le 25 Mars 2008 quand la nation avait grand besoin. Comme toujours, Ngazidja et Mwali ont pu se joindre pour le combat vers la liberté.
OUI, il est grand temps qu’AZALI parte et le plus tôt serait le mieux.

BEN ALI.

2 commentaires sur Sambi a compris que sa vie est menacée

  1. Moi, je ne comprends pas toujours les positions de M. le journaliste Ben Ali qui souvent fait de bonnes analyses ave un bon français. Pourquoi veut-il que le président Azali (qui est loin d’être mes amis) parte ? Sambi a pêché, il faut qu’il rende des comptes. Mais tout le monde sait qu’Azali a pêché dans son régime passé et présent. Je souhaite que ce dernier soit un jour traduit devant la justice. Il ne faut pas commencer par M. Sambi et consorts sinon ce serait la justice des vainqueurs ! et ce n’est pas bien.

  2. ON DIT SOUVENT QUE LE REGRET NE VIENT QU’APRÈS.
    La conscience de sa propre ignorance est le début de la sagesse.
    D’abord, vous avez mis IKILILOU DHOINOUNE au pouvoir et celui-ci vous a humilié publiquement. Car, la règle politique fait qu’on écarte ceux qui ont participé à la victoire.

    Par ailleurs, les ennemis en politique sont beaucoup plus précieux en terme d’obéissance que les amis. D’où la nécessité d’évincer l’entourage et se faire finalement des adversaires. Robert Greene a bien insisté sur ce point dans les 48 lois du pouvoir.

Répondre à Mmadi Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*