SAMBI ET ROBBY JUDES, deux français qui se rencontrent à l’Ambassade de France à Moroni

Le 24 juin 2015, l’ambassadeur français aux Comores, a reçu son autre collègue français, Ahmed sambi, chef du Parti Juwa,  à l’ambassade de France à Moroni.

image

Deux collègues français, Monsieur Sambi et l’ambassadeur de France, se sont rencontrés aujourd’hui à leur ambassade française à Moroni durant presque 1h.

Quand deux citoyens de même Etat se retrouvant dans un même pays se rencontrent,  ça donne quoi ?

Ça donne de l’ambiance, de la complicité et de longévité du temps de discussion n’est-ce pas ? Et surtout que les enjeux pour 2016 sont énormes. Après l’échange des référendums sur la question de la départementalisation de Mayotte et de la prolongation du mandat Sambi, aujourd’hui, c’est le pétrole qui serait en jeux. 

Les deux hommes, Ahmed Sambi et Monsieur Robby Judes,  liés par la citoyenneté française, ont au cours de cet  entretien, parlé de l’actualité Nationale des Comores et de ce fait, la problématique de la candidature de Monsieur Sambi aurait été abordée étant donné l’agitation qu’elle provoque dans le pays.
Robby Judes  est  le chef de la représentation diplomatique de la France  mais  Ahmed Sambi son compatriote est le  chef du parti  politique JUWA. Il est chef de ce parti uniquement grâce à son autre  passeport comorien. La Diplomatie Française dans le monde a l’obligation de solidarité envers ses citoyens. 

Les diplomates en poste à l’étranger doivent promouvoir ses citoyens, ça fait partie des intérêts régaliens de sa diplomatie.  Recevoir  Sambi en fait partie de cette stratégie comme sa facilitation de ses meetings parisiens.

Si les patriotes comoriens ne sont pas conscients de ça, le pays risque d’être dirigé en 2016 par ce trio français de Fahami, Elarifou et Sambi. 

Conséquence, les postes régaliens de l’Etat comorien risquent de tomber sous le contrôle  de ces français.  Présidence, Sambi, Diplomatie, Fahami, Justice, Elarifou. Dans ce cas-là, ce n’est pas la peine d’avoir une ambassade française pour protéger les intérêts de la France à savoir la question de Mayotte.

Ahmed Bourhane Moustadrane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*