En ce moment

Sambi ne doit pas être livré aux bouchers par le tyran

Tribune: « Vers un autre pays, sinon c’est un assassinat prémedité. »
Depuis quand l’Arabie Saoudite dispose d’une médecine compétitive ? Depuis quand les Comores, en tout cas les pouvoirs aux Comores évacuent leurs malades en Arabie Saoudite ? Ahmed Abdallah Sambi, on le veut vivant. S’il meurt, que sa mort soit naturelle. Qu’on ne nous emballe pas dans le rouleau « Izo mgu hamuumbia ». Parole d’Ajao. Passons.

Vous voulez le tuer, tuez-le avec honnêteté et assumez la responsabilité de l’abattoir. Ne la fuyez pas comme vous avez fuyé celle de l’assassinat de Cdt Faycal, de Nassor de Major Moutu, de Hamada Gazon et de tant d’autres. Ne prétextez pas une évacuation en Arabie Saoudite. Ces anti-iraniens, prendront le plaisir de le charcuter comme ils ont charcuté leur journaliste Jamal Khashoggi. Passons.

Ces sanguinaires des saoudien, sont vos partenaires (régime sanguinaire et satanique aux Comores). Et son exécution ne sera pas une cuisine interne. Donc l’histoire vous retient… Sauvons Sambi et disons : » NON « . Pas en Arabie Saoudite où il devrait être évacué par les tyrans pour débarrasser de lui. Ce prétexte fallacieux, insupporte ceux qui ont de cœur et du cerveau. Passons.

D’ailleurs, le fait que ce régime accepte que Sambi est suffisamment souffrant, et attende jusqu’à ce qu’il soit totalement éreinté pour soi-disant lui trouver de voie pour son rétablissement à l’étranger, n’est anodin. Nous sommes tous conscients que soixante et seize ans après, le mode de déportation change. Espérons donc que cette éventuelle évacuation ne soit pas un Auschwitz, version CRC. Passons.

Autre pays optionnel, le Maroc. Non Ahmed Abdallah Sambi ne doit pas être offert en cadeau sec. Le Maroc aussi où les artisans du pouvoir tyrannique ont leurs griffes, a sa substance anti- Sambi. Un pays complice de la tyrannie azalobelouenne. « Vers un autre pays, sinon c’est un assassinat prémedité. »

Said Yassine

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*