Se dirige-t-on vers un combat à mort Chayhane – Azhar aux législatives de 2020 ?

Le Chef de l’État est prêt à « tuer » tout le monde dans la région de Bambao, même au sein de  son propre camp,   notamment dans le Bamba Ya hari pour  protéger son enfant chéri, comme il l’avait fait pour sauver le soldat Abdou Soefo, dans Azali I. Mohamed Issimaila en sait quelque chose.  Depuis qu’il s’est éloigné de Chayhane, Il est réduit à un simple conseiller sans portefeuille.  Mr Azhar, Ancien DG de l’ONICOR a été « exécuté » et renvoyé chez lui. Personne ne sait ce qu’on lui reproche. Si ce n’est qu’il ne s’entend pas avec Mr chayhane. Pourtant en dehors du fait qu’il est bon technicien, Mr Azhar est réputé être proche de la famille du Président de part son père.   Deux autres hauts fonctionnaires de la douane, Mmadi Moidjié, Djamal Ahamada mis à la disposition de la Fonction publique et Nassur Ibrahim ancien chef de Centre au Port de Moroni limogé.

On prête à Mr Azhar l’intention de se présenter aux prochaines élections. En effet, cela fait près de trois mois il sillonne les villages et villes de Bamabo accompagné de sa garde rapprochée. Parallèlement à ça, il continue à recevoir et consulter à son domicile de Seléa. Se prépare t-il à se présenter ? Lorsque la question lui est posée, il sourit et botte en touche.

Cela fait presque trois mois depuis que Mr Azhar a été remplacé à la tête de l’ONICOR. S’agit-il d’un limogeage pur et simple ou plutôt d’un repli stratégique ? Selon les dires d’un habitué du Palais de Beit Salam, lors des derniers vagues de changements de Directeurs généraux et secrétaires généraux, l’ancien directeur général de l’ONICOR était le seul à avoir a été reçu par le président durant de longues minutes. Au sortir de cet entretien l’ancien Directeur Général de l’ONICOR dissimulé à peine son sourire. Pourtant le président venait de lui annoncer son remplacement à la tête de l’ONICOR.  Que lui a dit le président ?

Le président pourra t-il sauver le soldat Chayhane ? wait and see

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*