Secteur privé : aider les jeunes à se lancer dans 

«Nous allons attacher plus d’intérêt à la promotion de l’entreprise jeune et à la création d’emplois pour un secteur privé fort», a déclaré le président de l’Uccia, Ahmed Bazi.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Par Mohamed Youssouf

Dans le cadre de ses activités, l’association Synergie jeunes Comores a procédé à la clôture d’une formation en marketing de vente de trois jours au siège de l’Union des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture (Uccia), vendredi. C’est en présence du président et du secrétaire général de l’Uccia, respectivement Ahmed Bazi et Fakridine Youssouf, mais aussi de l’attaché de coopération à l’ambassade de France, Alexis Maclet, que vingt deux jeunes entrepreneurs ont reçu leurs attestations de mérite et de participation. Pour la présidente de l’association et par ailleurs organisatrice de cet événement, Mme Farida Djalim, «cette formation entre dans le cadre des activités de Synergie jeunes Comores qui consistent à accompagner et à assister les jeunes entrepreneurs comoriens et les porteurs de projets. En partenariat avec l’Uccia et la coopération française, à travers un financement de la Banque Africaine de développement (Bad), nous accompagnons les projets et les jeunes entrepreneurs en vue du concours local, qui aura lieu courant avril pour obtenir nos représentants au concours régional prévu entre juin et juillet aux Seychelles.»

Plusieurs jeunes entrepreneurs ont bénéficié de cette formation, dont l’objectif était l’optimisation des capacités des participants dans la vente express. Il y a eu donc des représentants d’entreprises tels que Nectalab qui opère dans le cosmétique, l’Office du tourisme, l’école Codcom, des étudiants porteurs de projets, entre autres. La représentante de Nectalab se dit satisfaite et désormais en mesure de tirer profit des bases du marketing concret et interactif. «Cette formation va nous aider dans le fonctionnement de nos petites entreprises. Elle comble certaines lacunes», a expliqué Houria Said Mohamed.

Pour le président de l’Uccia, Ahmed Bazi, «les jeunes doivent montrer plus d’intérêt à ces formations pour développer leur culture entrepreneuriale. L’Uccia collabore avec l’ambassade de France pour mettre en place un plan d’action ambitieux pour le secteur privé en 2017. Nous allons attacher plus d’intérêt à la promotion de l’entreprise jeune et à la création d’emplois pour un secteur privé fort.»

Cette évolution des jeunes entreprises entre dans la politique de l’ambassade de France qui consiste à optimiser les compétences de tous les acteurs du secteur privé et la redynamisation des entreprises privées. «L’ambassade de France prévoit de s’impliquer avec tous les acteurs du secteur privé pour l’année 2017 dans le but de consolider les partenariats, accompagner ceux qui ont la vocation de devenir entrepreneurs et optimiser le climat des affaires», a indiqué Alexis Maclet.

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*