Sécurité maritime : Les gardes-côtes parlent à la presse

 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

L’unité de garde-côte de l’armée nationale a donné, hier à bord de sa corvette, un point de presse suivi d’une visite guidée des installations et équipements embarqués. La présentation a été faite au large pour mieux indiquer aux hommes des médias les zones d’interventions de l’unité marine de l’And.

“Notre unité est très jeune et depuis sa création en 2010, on ne travaillait pas réellement avec de bons moyens. Toutefois, on a eu à faire quelques interventions“, a tenu à souligner le sous-lieutenant Salahoudine Mohamed. Démontrant la panoplie que dispose le navire du garde-côte, le colonel Hamza Saïd, qui conduisait la visite guidée du bateau, a précisé que le détachement disposait de deux cannons 14.5 bitubes, d’un zodiaque d’intervention rapide, plus les armes individuelles d’équipements d’assaut dont des lance-roquettes et des kalachnikovs, entre autres.

On devait apprendre, par ailleurs, que les garde-côtes, qui peuvent intervenir jusqu’à environs 180 km des côtes, “assurent tout ce qui est surveillance maritime, pêche, trafic illicite et piraterie. Nous avons également la charge du garde-côte pour la surveillance de la souveraineté de l’Etat“.

Le bateau embarque quarante éléments formés aux techniques d’intervention maritime, notamment des anciens gendarmes de l’Escadron. “Je suis recruté dans cette unité pour travailler sur ce bateau depuis quelques mois. Je m’occupe de tout ce qui est arme lourde“, confie Ali Boina Mkoufoundi, un ancien élément de l’Escadron, bien installé derrière les deux cannons 14.5.

En dépit de son équipement limité au strict nécessaire, l’unité de garde-côte se console de deux importantes opérations réalisées. Elle a, par le passé, plus précisément le 18 février dernier, appréhendé un bateau, en provenance de Mombasa, transportant des hommes armés. “Nous les avons difficilement arrêtés et ont été déféré au parquet.

Puis, il y a notre intervention sur une vedette de Mwali qui a fait un naufrage, il y a deux semaines et dont six personnes ont été sauvées“. Le colonel Hamza a aussi fait savoir que l’unité de garde-côte améliore son équipement grâce à l’étroite collaboration avec les partenaires chinois, américains mais aussi français.

“Nous bénéficions des formations des nos trois principaux partenaires. Ils nous appuient en équipements et nous soutiennent toujours pendant nos interventions“, conclut Salahoudine Mohamed.

Elie-Dine Djouma

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*