Séquestration de Sambi dans une prison secrète

L’enlèvement de Sambi n’est elle pas la genèse de l’état d’urgence qui entrera en vigueur des ce soir ?
Tic tac, tic tac, le compte à rebours à commencer et maintenant que personne ne peut l’arrêter, Azali séquestre Sambi pour tenter de gagner du temps. De toute évidence, tous les voyants sont au rouge. Azali qui ne s’attendait pas que son armée se fasse petite devant une foule enragée, tente un plan encore périlleux. Devant une foule qui ne voit rien, n’entend rien que le grondement de la minuterie qui leur rapproche davantage de l’heure fatidique qui signera la fin de la règne d’une triste dictature abominable, Azali a pris Sambi en otage pour couvrir ses arrières. Aux faits, Tout le monde s’accorde à dire que le référendum est une bombe à retardement pour azali. Le seul code pour le désamorcer c’est la voix de Sambi. Pour se faire, il faut la rendre inaudible.

Si les prisons secrètes sont autorisées par le patriot act pour permettre à la CIA de déceler et contrer le terrorisme, bien pire est sa version comorienne après que des lois dites exceptionnelles autorisent kiki à retenir Sambi en captivité dans l’espoir de stopper la marée humaine qui promet de noyer le régime d’Azali. Avec cette version comorienne du patriot act, le département de kiki s’octoie tous les pouvoirs. On l’a bien vu, l’empiétement du ministère de l’intérieur sur le pouvoir judiciaire, ne fut ce que dans la mise en résidence surveiller de Sambi.

C’est un acte anti constitutionnel de mettre Sambi en résidence surveillée. Lever la main pour saluer ses fans est un acte citoyen et ne constitue aucunement une trouble à l’ordre publique.
Aujourd’hui le pouvoir prétend qu’il y a un risque de voir les militants de Sambi venir briser le blocus qui lui est imposé dans sa résidence. Mais au lieu de renforcer la sécurité pour éloigner ce risque, on le déplace vers une prison secrète, ce qui est contraire à la loi .cependant, l’on se demande pourquoi pas le président dans une résidence secrète puisque a l’allure où vont les choses c’est beit salam qui sera prise d’assaut par une population opprimée et privée de liberté ?

Enfin, après que l’ONU par le biais dune communiqué du porte parole du secrétaire général a exprimé son inquiétude au sujet de la violation des libertés civiques et démocratiques par le pouvoiriste Azali, voila que le dictateur passe à la vitesse supérieure dans sa rhétorique qui menace dangereusement la paix et les libertés démocratiques. Justifier la séquestration, la répression, par des infractions imaginaires non commises c’est aussi inciter les gens à la violence.
Outre, l’exemple vient d’en haut et la violence dans la rue se mesure à l’aune de la violation du droit que fait sienne aujourd’hui cette dictature à bout de souffle.
VIVE LA DEMOCRATIE
ABAT LA DICTATURE, AZALI DEGAGE

Par Cap Patrie

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*