Série noire pour la tournante mohelienne  »immolée » par le  » Relais et la Continuité »

Les affaires qui éclatent chaque jour placent le président Ikililou au pied du mur. Fragilisé par un Sambi qui le déstabilise et qui refuse son statut de citoyen, parasité par les affaires judicaires qui visent un entourage encombrant et héritier, Ikililou est confronté plus que jamais à la colère du peuple. Le Relais et la Continuité n’est qu’une opération suicide initiée pendant la campagne du candidat Ikililou, pour finir vite avec la tournante mohelienne. Le coup a bel et bien réussi, et les dés sont presque jetés. La colère monte de partout, le feu est allumé et personne ne peut l’arrêter. Les jeunes ont pris conscience de leur avenir sacrifié par des gouvernants qui ne cherchent qu’à satisfaire leur égo.

Le chômage ravage les villages et partout c’est le désespoir total. Les scandales qui se succèdent dont on comprend aujourd’hui, pourquoi, un des grands artisans du Relais et de la Continuité, fondés dans les détournements et les magouilles, l’écrivain et directeur général de l’ORTC, Soilh Mohamed Soilih, appelle à une amnistie pour tous les voyous de la République, dont la plupart ont servi Sambi et continuent à servir Ikililou. Plus les scandales sont nombreux, plus l’impunité prend le large, une raison de plus pour que le peuple et en particulier les jeunes se réveillent pour prendre leur destin en main.

On ne peut nier le fait que depuis l’indépendance, on observe toujours impuissamment la destruction de l’Etat par les artisans des détournements des deniers publics, mais ces six dernières années, ont battu le record de vols en bande organisée avec la complicité de Sambi. Après la surfacturation des pilonnes par le duo Abiamri-Charikane dont le montant détourné s’élève à plus d’un milliard, éclate aujourd’hui l’affaire d’un trafic d’or détourné à Madagascar. Selon les premières sources de l’enquête un ancien dignitaire était au courant ainsi qu’un ancien militaire de l’aéroport viré par le président IKILILOU, qui patronnait l’opération et se partageaient le pactole. De hauts commerçants sont concernés et même si les petits agents de la police et de la gendarmerie étaient au courant, mais l’affaire a été étouffé par le sommet, bouche cousue.

Les quelques lingots (15 KG), trouvés dans les mains des trafiquants est une goutte d’eau par rapport à ce qui a été détourné pendant les cinq ans de Sambi. La valeur de ces 15kg d’or est estimée à plus de 100 millions de francs comoriens.

Comme c’est sur les petits gens qu’il faut sacrifier et poser tout sur leurs épaules, tirer, on a arrêté le chef de brigade, le jeune Salimou qui, lui aussi, a su le rythme mis en place par le  »Relais et la Continuité » qui se résume dans un mafioso à la Sicilienne. Tout ce qui se passe aujourd’hui à l’Assemblée nationale, avec un président Bourhane qu’on accuse d’incompétent notoire et détournements, et un Djaé et un Andoudou qu’on accuse de voler de carburant du chef, vendre des chaises pour 6 millions fc surfacturés à l’Assemblée au profit du commerçant ANDOUDOU ah pardon le député de ouani , voler l’argent de l’Etat pour un voyage privé en France à la hauteur d’une somme de 23 millions de francs comoriens, et d’autres actes de nature à dénigrer notre pays.

Aujourd’hui, on paie cher l’opération  » citoyenneté économique » initiée par Sambi avec ces apatrides voyous qui ont acheté notre citoyenneté chère, et qui, aujourd’hui seront renvoyés de ces pays là, à destination des Comores. De nouveaux mercenaires encore dans le pays. Pendant que le pays souffre, déstabilisé par le Relais et la Continuité, Sambi est en vadrouille avec sa garde rapprochée, pour réussir leur opération, celle de déstabiliser Ikililou. A Paris comme en Turquie, ou en Iran, l’Ayatollah organise des rencontres avec ses proches, objectif affiché, balayer la tournante mohelienne avant l’heure et revenir en force au pouvoir pour installer une monarchie.

Cette situation est plus que préoccupante et inquiète beaucoup ceux qui se sont battus pour l’alternance et la démocratie. La tournante mohelienne n’a pas été facile à réaliser si l’on se rappelle de tout ce que Sambi a mis en place pour l’arrêter. Et ce n’est pas une surprise aujourd’hui si l’on assiste à une telle manœuvre. Ikililou continue à refuser un système qui le finit et qui le met le dos au mur. Il devrait regarder sur le rétroviseur pour jeter un coup d’œil sur les révolutions qui ont balayé les grands dictateurs du continent africain. Des hommes forts qui n’ont jamais pensé qu’ils seront chassés comme de mal propres, or, c’est fait sans arme mais avec la volonté du peuple. Ikililou se contente d’un Relais qui s’est fixé comme objectif, le détruire et arrêter le rêve mohelien. Mais cela est normal, quand on sait que dans son camp personne n’a voulu de la tournante mais se sont laissés hypnotisés par un homme qui les a manipulé et qui les a miroité, pendant cinq ans de rêves sans lendemain. Heureusement, les SAID LARIFOU( RIDJA ), HOUMED MSAIDIE ( CRC ), BIANRIFI TAHMIDI, HAMADA BOLERO, ABDOULWAHAB ( ARDC ), KAMAL ABDALLAH ( DIASPORA ), KAMAR EZZAME des patriotes de notre pays se sont soulevés et se sont battus contre vents et marrées, jusqu’à offrir aux moheliens leur rêve de tous les jours, celui de briguer la Magistrature suprême du pays.

Sambi a versé du sang à Mohéli et jamais au grand jamais tout mohelien de sang et de cœur n’oubliera pas ses massacres et on appelle Ikililou à prendre conscience s’il n’est pas déjà trop tard.

Aujourd’hui on comprend parfaitement pourquoi Sambi et ses proches ont voulu se débarrasser honteusement du général Salimou qui s’est beaucoup opposé à sa conduite basée sur le vol et les détournements. On peut tout raconter sur le défunt colonel Combo, paix à son âme, mais c’était un homme qui a aimé son pays, unioniste, et qui s’est toujours opposé au séparatisme. Se débarrasser de ces hommes, ça a favorisé les ennemis de la République et on vit aujourd’hui cet enfer qui a sans doute toutes ses conséquences.

Encore une fois, le feu est allumé, on va tout droit au mur, les jeunes bouillonnent et tant pis pour ceux qui pensent à tort, que les comoriens sont impuissants, or, ils ont toujours montré que s’ils en ont assez, réagissent. Nous avons vu avec Bob Denard lorsqu’il a tué Abdallah et qu’il a refusé de quitter le pays. On n’a pas eu peur des armes et on l’a fait partir. On a également montré notre détermination de défier les mercenaires de Sambi lorsqu’il a décidé de prolonger son mandat. Il est où aujourd’hui ? En cavale dans les métros parisiens, et en vadrouille dans les avions. Donc, méfiez-vous.

AHMED DJOUMOI

 

yékassouomo yé taharifa hiyo karibou hou cliké harimoi  ye pub, ye pub hiyo hi oudjoulizé habari za bourré kouézi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*