«Si ces extracteurs d’oxygène étaient à Foumbouni, on aurait pu sauver l’enfant qui est décédé …»

Deux extracteurs d’oxygène remis au pôle de santé de Foumbouni.
«Si ces extracteurs d’oxygène étaient à Foumbouni, on aurait pu sauver l’enfant qui est décédé à Ouropveni la semaine dernière à cause d’oxygène», a déclaré le notable Hamada Mdjassiri.

Le président du Rassemblement pour une initiative de développement avec une jeunesse avertie (Ridja), Saïd Larifou, a remis dimanche deux extracteurs d’oxygène d’une valeur de 3.800 euros, soit 1.860.000 fc, au Pôle de santé de Foumbouni, au sud est de Ngazidja. Ces deux appareils étaient au départ destinés à El-Maarouf, «mais, malheureusement, les autorités du centre hospitalier ont tout fait pour empêcher la remise du matériel».
Au nom de la population de Mbadjini, le notable Hamada Mdjassiri a remercié le leader du parti Ridja pour ce précieux appui. Il a ensuite souligné les difficultés auxquelles sont confrontés les habitants de la région en matière de santé, notamment le manque d’équipements au Bloc opératoire de l’hôpital de Foumbouni.

image

Le notable a rappelé le don de matériaux précédemment remis au même bloc par Mohamed Charifouainsi.  «Si ces extracteurs d’oxygène étaient à Foumbouni, on aurait pu sauver l’enfant qui est décédé à Uropveni la semaine dernière à cause d’oxygène», a-t-il fait savoir. Il a enfin appelé la diaspora de Mbadjini à se mettre ensemble pour appuyer le pôle de santé, «seul espoir de cette région», dira-t-il.

De son côté, le médecin chef du centre, Dr Mboereha, a exprimé ses remerciement à Larifou, pour services rendus à la population du sud. Il a déclaré que désormais, l’hôpital de Fumbuni serait en mesure de prendre en charge tout patient nécessitant une opération ou un besoin d’oxygène. Et d’annoncer que le bloc opératoire sera bientôt opérationnel.

Quant au président du parti Ridja, il a souligné l’importance d’un tel appareil dans un hôpital «pour sauver des vies». Selon lui, ce choix a été dicté par la mort de plusieurs patients à l’hôpital El-Maarouf pour manque d’oxygène. «C’est après consultation que des amis médecins m’ont fait découvrir l’existence d’un tel appareil servant à extraire de l’oxygène», a-t-il rapporté.

Ali Abdou/Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*