« Si les Comores m’étaient contées ! » 

MAB El-had, poète comorien, était à Dar Es Salam où il a été convié par le représentant des Comores en Tanzanie, Ahamada Elbadaoui Mohamed, dans le cadre des activités annuelles de la célébration de la Francophonie en Tanzanie.
 

image

Invité en Tanzanie par l’ambassade des Comores pour la fête de la francophonie au pays de Julius Nyerere, le poète Mab El Had a transporté son public dans les recoins les plus mythiques des Comores, à travers ses œuvres. Une soirée artistique qui a dû ravir les convives présents à la cérémonie organisée dans le cadre de la célébration de la Francophonie en Tanzanie.
 
« Cette sortie internationale fait suite à la manifestation ‘’Ex-poétique II’’, tenue du mois de mai 2015  au Centre Culturel & d’Art Comorien ‘’CCAC-Mavuna’’ de Moroni dans le cadre du Printemps des poètes et de la semaine de la Francophonie aux Comores », a dit le poète, de retour Moroni.
 
«  Si les Comores m’étaient contées », voilà le titre qui a inspiré le poète et qui a servi de carte d’invitation au voyage dans les méandres des îles de la lune, dans la nuit du 1er octobre. La soirée comptait plusieurs diplomates francophones accrédités à Dar Es Salam.
 
Ahamada E. Mohamed, l’ambassadeur des Comores en Tanzanie, a vivement remercié MAB Elhad « en acceptant de venir lancer les activités de célébration de la francophonie dans ce pays frère, anglophone ».
 
Après avoir fait visiter les Comores en image à travers une projection, MAB El Had a transporté son public, à force de mots, dans les Comores des contes, mêlant mythes, légendes et croyances.
 
« L’honneur revient à l’ambassadeur des Comores pour l’initiative de faire connaitre la poésie comorienne et en étant le premier à lancer les activités de promotion de la francophonie à Dar Es Salam, dans une si belle et sympathique soirée artistique », dira Malika Berak, ambassadrice de France en Tanzanie.
 
Ibnou M. Abdou / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*