Sinistre à Mahale: La population vit dans la peur et la faim

anjoDepuis le 31 mars, les habitants de Mahale continuent de fuir la zone du sinistre. Les femmes, les enfants et les hommes sont logés dans des tentes. Des servant tantôt de salle d’accueil, de réfectoires, de chambres à coucher etc., ont été érigées. D’autres habitants ont été logés dans les anciens bâtiments des projets Cefader/Cader et l’école primaire de Bambao-mtsanga.

Les sinistrés vivent dans des conditions très difficiles, ils ne mangent que du pain ou encore ce qu’ils ont pu amener lors de l’évacuation et aussi tout ce qu’ils reçoivent des secours.

La gestion du sinistre s’avère difficile, il y a beaucoup d’enfants et des femmes enceintes parmi les sinistrés. «il y a près d’une trentaine dont quatre qui ont déjà accouché pour sept nouveau-nés» Selon les autorités hospitalières.

mahale«Un appel à toute la population comorienne (Ong, particuliers et institutionnels…) à se mobiliser dans l’urgence pour soutenir et accompagner ces hommes, femmes et enfants qui luttent pour une survie quotidienne. Ce n’est pas une question pour les autorités, seulement, il faudrait un sursaut national» a déclaré aux médias Echati Chadhouli, déléguée du Réseau national des avocats du genre (Renag).

 

 

Faire un don : Vous pouvez faire vos dons via notre site. Tous les dons seront confiés aux associations anjouanaises et à la croissant rouge.

1 commentaire sur Sinistre à Mahale: La population vit dans la peur et la faim

  1. Juste une question?
    Les champs qu’ont ces familles sont détruits?
    La question se pose car avant cette catastrophe, ils vivaient déjà assez difficilement et je ne comprend pas pourquoi, subitement ils n’ont plus rien…

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*