Sitina « je suis à Anjouan, démunie de tout, je vis l’enfer en ce mois béni de ramadan »

Lettre ouverte destinée au Ministre de la Justice et des Droits humains, Maître Fahmi Said Ibrahim Copie à : Gouverneur de Ndzuwani, aux élus, aux responsables politiques, à la presse, aux réseaux sociaux, aux blogs, aux associations des droits de l’homme, à tous ceux qui se sentent concernés par les expulsions illégales.

Monsieur le Ministre,

Je m’appelle SITINA ABDOU, née à Mramani (Anjouan) divorcée, mère de deux enfants nés à Mayotte. Après avoir résidée plus de quinze années à Mayotte, je suis chassée de mon domicile, le 15 mai 2016, par des habitants de BOUENI (SUD DE MAYOTTE), constitués en collectifs pour un nettoyage ethnique.

Croyez-moi Monsieur le Ministre, tous ceux qui ont détruit ma petite case n’étaient pas propriétaires de la petite parcelle que j’ai occupée. « Nous voulons récupérer nos terrains occupés illégalement » est un argument fallacieux offert aux indigènes pour faire le sale boulot, c’est-à-dire l’auto-nettoyage ethnique sous l’œil avisé de la force occupante. Ce qui est déconcertant, les autorités françaises promettent aux autorités comoriennes de sanctionner les auteurs de ces actes criminels (Cf discours d’investiture du Président AZALI) et en même temps elles expulsent les victimes.fahami

Qui va donc témoigner au procès des « expulseurs indigènes » ? Monsieur, le Ministre, actuellement, je suis à Anjouan, démunie de tout, mes enfants sont déscolarisés, je vis l’enfer en ce mois béni de ramadan. Convaincue que les autorités françaises ne jugeront pas ces criminels (qui facilitent le travail de la Police aux frontières), je vous demande en tant que Ministre de la Justice et des Droits Humains de faire tout ce qui est de votre ressort pour que j’obtienne réparation du préjudice moral, physique et matériel que j’ai subis. Espérant retenir votre attention sur mon cas qui est loin d’être isolé, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée.

SITINA ABDOU

5 commentaires sur Sitina « je suis à Anjouan, démunie de tout, je vis l’enfer en ce mois béni de ramadan »

  1. bjr à tous , je vois comme nos soit -disant freres comoriens se dechainent sur nous par des insultes à tout va ! decidement pourquoi vouloir nous imposer une union alors qu’ils nous haissent tellement ; tantot nous sommes leurs freres puisque nous parlons la meme langue , nous avons la meme religion , et la meme culture mais 2 secondes apres , nous essuyons toutes les insultes du monde ( esclaves , vendus …)

  2. Mtrou amoja tsihou hawatriu mtrou nguiya ha mastaha. Mana wakojo waha trini ne koussi haho. Mana koi wadjiri trini? Msou teza chéri wamaore. Kiassi ivo. Namou oundre tsi wagnou mou dele i mahorais ivo.

  3. Sitina, il fallait écrire, oh les dirigeants comoriens arrêtez la corruption et penser sérieusement a votre peuple qui souffre. Vous etes rentrer a Mayotte clandestinement,occupé les terrain illégalement. C’est normal que vous soyez expulsé

  4. je vous ai dit hier que nos autorités ne se penchent pas de la situation qui prévaut à Mayotte de peur que l’ambassade de France à Moroni ne leurs délivre pas les visas,donc ce qui reste c de dire à la France désormais nous allons rompre nos relations avec vous en rappelant notre ambassadeur à Paris et expulsant celui de la France il faut faire les yeux (shindzuani narimvisiye matsomoro)contre la France.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*