Situation préoccupante des enfants handicapés comoriens

La journée de l’enfant Africain a été célébrée ce 16 juin 2012 à l’école d’application Fundi Said Mnemoi de Moroni par le Ministère de l’Education Nationale et le Commissariat en charge de l’éducation de l’Ile autonome de Ngazidja. La Cérémonie a été honorée par la présence des responsables de l’Union et de l’Ile de Ngazidja ainsi que du Représentant de l’Unicef aux Comores.

Pour la Commémoration de la 22ème Journée de l’Enfant Africain en 2012, le thème retenu par le Comité Africain d’experts sur les droits et le Bien-être de l’Enfant, est « Les droits des enfants handicapés : Le Devoir de protéger, des respecter, de Promouvoir et de réaliser ». A cet effet, la cérémonie de ce jour a été animée par un handicapé. Un professeur aveugle de niveau master a témoigné de son parcours de combattant pour pouvoir accéder à l’éducation. La chorale de l’Association des handicapés Shiwe qui a entonné l’hymne de cette association a ému toute l’assistance. Cette chanson relate le quotidien difficile du handicapé comorien.En effet, aux Comores, selon le rapport d’analyse des résultats de l’enquête sur la situation des handicapés aux Comores établi par le Gouvernement de l’Union des Comores en 2003 avec l’appui financier de l’Unicef, la situation de la population handicapée reste toujours préoccupante. La population des handicapés est estimée à 10.220 personnes au cours de l’année 2002, soit 1,6% de la population totale. Ce chiffre est en nette progression par rapport au dernier recensement général de la population réalisé en 1991 dont le nombre des handicapés s’élevaient à 6470. Cette étude a aussi révélé que 4,6% des handicapés enquêtés ont moins de 6 ans et 21,2% ont entre 6 et 14 ans. Ainsi près de 25,8% des handicapés ont moins de 14 ans. Cette sous-population reste donc très minoritaire au sein de l’ensemble de la population. Elle est concentrée en milieu rural où vivent plus des ¾ des handicapés contre près du quart en milieu urbain. La grande majorité des handicapés du pays réside dans l’île de la Grande Comore (57,4%), près du tiers dans l’île d’Anjouan (36,6%) et seulement 6% dans l’île de Mohéli.

En ce qui concerne l’accessibilité des handicapés au service de santé, près de 85,7% des handicapés estiment qu’ils ne sont pas satisfaits des services donnés. 14,3% seulement des handicapés ont déclaré lors de l’enquête qu’ils ont des appareils adéquats à leur handicap. La prise en charge est assurée par les parents et les proches. Ainsi les enfants souffrant d’handicap sont plus facilement exclus du système éducatif et bénéficient moins de l’ offre des soins et de prise en charge médicale adéquate.

Lors de son intervention le représentant de l’UNICEF a invité le Gouvernent à renforcer les mesures de protection sociale et de fournir une aide appropriée aux familles qui ont un enfant handicapé et le lutter contre les discriminations, les stigmatisations, l’exclusion et les violences à l’encontre des enfants handicapés.
Le Commissariat en charge de l’éducation de l’Ile autonome de Ngazidja a déclaré qu’il est temps de prendre les mesures nécessaires pour faciliter l’accès à l’éducation et aux soins de santé des handicapés.

Source: comoresdroit

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*