Société comorienne des hydrocarbures : 38,7 milliards de chiffre d’affaire en 2017

Mohamed Chatur Badaoui, directeur général de la Société comorienne des hydrocarbures, a convié la presse hier jeudi dans son bureau afin de dresser le bilan de l’année écoulée et annoncer les activités prévues en 2018. Pour lui, la Sch est “le poumon” de l’économie nationale avant de se féliciter de la régularité des produits pétroliers dans le pays. On y apprendra que la Sch a réalisé, en 2017, un chiffre d’affaire de 38,7 milliards de francs comoriens annonçant que la même année sa boite a contribué dans le budget de l’Etat à hauteur de 14,5 milliards. Pour ce qui est de l’année en cours, Mohamed Chatur Badaoui déclare que la capacité de stockage devrait être revue à la hausse et l’usine à gaz, sera opérationnelle dès le mois sacré de Ramadhwani.

Le directeur général de la Société comorienne des hydrocarbures (Sch), Mohamed Chatur Badaoui, a convié la presse nationale hier, jeudi 29 mars dans son bureau, pour faire part des activités réalisées durant l’année précédente ainsi que les actions envisagées pour l’année 2018. Durant une trentaine de minutes, il a choisi tout d’abord de montrer ce que la Sch représentait pour l’économie du pays, “le poumon”, avant de s’étaler sur les missions inhérentes de la société.

Une occasion pour lui de s’enorgueillir pour une fourniture régulière des produits pétroliers dans le pays depuis qu’il a les manettes du distributeur public des hydrocarbures avec un chiffre d’affaire de 38,7 milliards de francs comoriens pour l’année 2017. A part une pénurie d’hydrocarbure durant une journée, a-t-il reconnu, provoquée par un retard de la cargaison durant une période cyclonique.

Tout le monde constate que nos produits sont permanents. Aucune rupture enregistrée. Ce qui facilite d’autres activités génératrices de revenus, a-t-il insisté.

Pour la deuxième mission qui est de contribuer au budget de l’Etat, il a fait savoir que la société comorienne des lubrifiants a pu contribuer au budget de 2017 à hauteur de 14,5 milliards de francs comoriens.A l’entendre, sa société a fait des performances. “Les employés de cette société et nos partenaires trouvent que c’est historique. Cette somme est répartie en trois catégories. L’impôt sur les sociétés est de l’ordre de 6,5 milliards de francs, la taxe unique à hauteur de 6,6 milliards et les dividendes pour 1,4 milliard de francs”, a-t-il détaillé.

Pourtant, a-t-il poursuivi, la baisse des prix des produits pétroliers au niveau local, à l’arrivée du régime actuel, a causé un manque à gagner de 13 milliards de francs jusqu’à décembre 2017. Selon lui, durant l’année 2017 la Sch a commandé neuf cargaisons, ce qui a permis à la société de faire un chiffre d’affaire de 38,7 milliards de francs en 2017, contre 35 milliards en 2016 et 33 milliards en 2015.

Vente du gaz durant le mois sacré ?

Le patron de la Sch a par ailleurs évoqué devant les journalistes les actions envisagées en 2018 plus particulièrement l’augmentation de la capacité de stockage.

Tous les 40 jours, nous sommes obligés d’attendre un bateau depuis que le pays a renoué avec la stabilité énergétique. Raison pour laquelle nous sommes en cours de réparations de deux cuves à Ndzuani en plus du stockage actuel de 7 600 m3, à Mwali les travaux de construction de cuves sont presque à terme en plus d’une capacité actuelle de 900 m3. Il y a également une cuve en cours de reconstruction de 3 500 m3 au dépôt de Moroni en plus de la capacité de stockage actuelle de 8 250 m3 , a-t-il précisé.

Quant au projet de l’usine de gaz, Mohamed Chatur Badaoui a assuré que les travaux en tant que tels sont finis à 95%, il reste des travaux de génie civile. Il a souhaité à ce que la Sch puisse vendre le gaz dès le mois de Ramadhwani en partant d’une base de 400m3 avec un conditionnement du gaz sur place.

“Nous attendons des bouteilles en ce mois d’avril. Nous souhaitons le vendre à bas prix pour les Comoriens avec trois types de bouteilles. Nous avons également envisagé un partenariat avec Gazcom “, a-t-il dit.

Nazir Nazi / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*