Soudan : des rebelles disent avoir pris une base de l’armée au Darfour

24 novembre 2012

Soudan : des rebelles disent avoir pris une base de l’armée au Darfour

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Photo treansmise par la mission de l’ONU au Darfour, d’un rebelle de l’armée de libération du Soudan dans le nord du darfour, le 30 mai 20102 ©AFP

KHARTOUM (AFP) – (AFP)

Des rebelles
soudanais ont annoncé samedi s’être emparés
d’une base de l’armée dans la région du Darfour,
dans l’ouest du Soudan, au moment où la mission
conjointe ONU-UA s’inquiète d’une « escalade de la violence ».

L’assaut a eu lieu vendredi, à environ 5 kilomètres
au nord-est de Kebkabiya, dans l’Etat du Darfour-Nord, selon
Ibrahim Al-Helou, porte-parole de la faction dirigée
par Abdelwahid Nour de l’Armée de libération du Soudan.

« Nous avons pris la base et tous les équipements qui
se trouvaient à l’intérieur, cinq d’entre nous ont
été blessés », a-t-il indiqué à
l’AFP depuis la France.

Les rebelles ont ensuite repoussé une contre-attaque des
troupes gouvernementales et sont maintenant « en train de
compter leurs corps », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de l’armée soudanaise n’a pas pu
être joint pour commenter.

Kebkabiya se situe à quelque 150 kilomètres à
l’ouest d’El-Facher, la capitale du Darfour-Nord où la
violence augmente.

La mission
conjointe de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour
(Minuad) a déclaré début novembre que
« l’escalade de la violence » était devenue
« un sujet de grave inquiétude ».

Depuis juillet, les civils font face à des combats
intercommunautaires, un harcèlement de milices et des
combats sporadiques entre les rebelles et les troupes du
gouvernement, particulièrement dans le Darfour-Nord,
avait indiqué en octobre le secrétaire
général de l’ONU, Ban-Ki-moon.

La faction Nour compte plusieurs centaines de combattants et
une « sphère d’influence » limitée à la
région montagneuse de Djebel Marra, au sud de
Kebkabiya, selon un rapport de juillet du groupe de
recherche suisse indépendant Small Arms Survey.

Le Djebel Marra abrite le peuple Four, non arabe, qui a
donné son nom au « Darfour » (« Maison des Four »).

Les forces du gouvernement se massent maintenant pour une
nouvelle attaque dans l’est du Djebel Marra, selon Ibrahim Al-Helou.

Bien qu’en repli après un pic, la violence persiste au
Darfour, en proie depuis 2003 à une guerre entre, d’un
côté, les Nour et d’autres minorités
ethniques rebelles non-arabes, et de l’autre le régime
de Khartoum, qu’ils souhaitent renverser.

Les combats ont fait au moins 300.000 morts selon l’ONU,
10.000 selon le gouvernement.



Share

Tous droits de reproduction et de représentation

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*