Tant que la banque centrale demeure aux mains des esclaves, l’économie comorienne restera dans l’impasse

Quel que soit le choix d’une politique économique d’un pays, c’est à dire libéral ou interventionniste, la banque centrale d’un pays est un acteur incontournable dans le mécanisme économique.

Celui-ci, s’explique par son rôle multiples.

Tout d’abord, hormis sa mission classique qui consiste à faire tourner la planche à billet. Elle dispose en effet, d’autres leviers pour réguler l’économie en cas de nécessité. Car l’Open market est un instrument pour la banque centrale d’intervenir pour réduire ou augmenter la masse monétaire. Il s’agit indéniablement de contrôler l’inflation en achetant de la monnaie ou en vendant celles-ci.

De fait, la banque centrale doit être contrôlée par les autorités puisqu’elle s’agit de la souveraineté d’un pays.

Et comme, la banque centrale comorienne voit ses activités échapper aux autorités comoriennes, les prix ne cesseront de grimper.

Sachez que toutes les monnaies étrangères passent par la banque centrale. Elle échange ces devises contre la monnaie locale. Par conséquent, elle connait parfaitement la quantité de monnaie en circulation.

Par ailleurs, les prix sont fixés selon le coût de matière première. Or, nous constatons que certains produits locaux sont tellement chers alors que les coûts de leur fabrication sont quasiment nuls. Prenons deux exemples concrets. D’abord, le pêcheur qui a utilisé de l’essence, de l’outil de travail et son énergie, va vendre le fruit de son travail beaucoup plus que les coûts de matières utilisées.
Autre exemple, celui du cultivateur, ces produits sont beaucoup plus chers que l’ensemble de l’énergie fournie.

Ensuite, la gabegie des produits importés. Ces derniers, doivent faire l’objet de multiples contrôles. Car, beaucoup d’entre eux abusent de l’absence de l’État et le manque d’une independance de la banque centrale pour spolier le peuple Comorien.

Pourquoi, l’État laisse les commerçants fixer des prix exorbitants alors que les paies sont squelettiques.

Pourquoi la banque centrale Source d’indépendance reste un machin ? Qu’en pense AZALI de cette misère qui Lamine ses électeurs d’hier ? Où vont les millions d’euros qui atterrissent chaque jour à hahaha? AZALl est il complice d’un système mafieux qui ne dit pas son nom.

Pourquoi les comoriens demeurent dans le quietisme absolu.

Enfin, tant que les Comores ne disposent pas sa propre banque centrale, il y aura toujours de l’inflation.

Imani

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*