Téhéran met en garde Riyad contre toute «bêtise»

Répondant à son homologue saoudien, qui a promis de ne pas attendre l’attaque de son territoire pour commencer à lutter contre l’Iran, le ministre iranien de la Défense lui a conseillé de ne pas réaliser de « démarche irréfléchie ».

Le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan a averti l’Arabie saoudite que si Riyad agissait de façon irréfléchie, seules les villes saintes des musulmans, La Mecque et Médine, seraient épargnées, communique l’agence Tasnim se référant à la chaîne de télévision libanaise Al-Manar.
« Nous leur (à l’Arabie saoudite) conseillons de ne pas faire de bêtises. Cependant s’ils commettent un acte irréfléchi, nous ne laisserons intact nul endroit à l’exception de La Mecque et de Médine », a déclaré le général Dehghan cité par l’agence iranienne Tasnim.
Le ministre iranien de la Défense a ainsi répondu aux propos de son homologue et vice-prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben-Salmane, selon lequel le désir de l’Iran de « contrôler le monde islamique » était un obstacle au dialogue avec l’Arabie saoudite.
« Nous savons que le but du régime iranien est d’atteindre le point focal des musulmans (La Mecque) et nous n’attendrons pas que le combat se déroule à l’intérieur de l’Arabie saoudite », a menacé le vice-prince héritier saoudien ajoutant qu’il ferait en sorte que la bataille se déroule « chez eux, en Iran ».

Les différends entre l’Iran et l’Arabie saoudite se sont exacerbés au début du « printemps arabe » au Proche-Orient en 2011, au cours duquel Téhéran soutenait les forces chiites et Riyad, les sunnites.
Début 2016, l’Arabie saoudite a rompu les relations diplomatiques avec l’Iran suite à l’attaque contre l’ambassade saoudienne à Téhéran provoquée par l’exécution en Arabie saoudite du dignitaire chiite Nimr Al-Nimr.
Sputnik

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*