Télécommunication: Pose du backbone national

Les travaux de la fibre optique devraient prendre fin en novembre

L’entreprise E-marine des Émirats arabes unis a reçu, vendredi, à bord de son bateau, le secrétaire d’Etat auprès du ministère comorien en charge des Télécommunications, l’ambassadeur de la République populaire de Chine à Moroni ainsi que le directeur général de Comores Télécom pour une visite technique avant le démarrage officiel des travaux du câble sous-marin. Choisi par l’entreprise chinoise Huawei, ce navire est chargé de la pose d’un deuxième câble sousmarin dans le cadre du consortium Fly-Lion 3 destiné à relier les quatre îles de l’archipel. Le projet est financé à hauteur de 13 milliards de francs comoriens. Il s’agit de sa deuxième phase, après l’installation d’un réseau souterrain de câble à fibre optique autour de chaque île. La phase en cours doit relier la ville d’Itsandra, au centre de Ngazidja, à Shindini, au sud, puis l’île de Ndzuani à Mayotte, avant de raccorder le câble, ce qui finira de lier les quatre îles comoriennes en matière de télécommunications. «Le démarrage des travaux a commencé samedi 15 octobre et d’ici à novembre, tous les travaux de la fibre optique prendront fin», selon le directeur général de Comores Telecom, Oumara Mgomri.

 

 

                  Une nouvelle prolongation

 

 

A son tour, le manager du bateau de l’entreprise E-marine, Babikiri A. Ghan, a indiqué que ses techniciens allaient procéder à cette pose sous-marine entre les quatre îles d’ici au 22 octobre. «C’est notre premier projet aux Comores et nous comptons remplir notre mission dans les plus brefs délais. Demain (samedi 15 octobre, Ndlr), nous ferons la toute première tranche dans l’île de Ngazidja et les autres îles après», a-t-il ajouté.

 

 

Lors du lancement officiel des travaux d’installation du backbone national à fibre optique en octobre 2015 au Palais du peuple, de nouveaux investissements ont été prévus à hauteur d’un peu plus de 5 milliards de francs comoriens (12 millions de dollars américains), dont une partie devait émaner du don accordé au gouvernement comorien par la Banque mondiale dans le cadre du projet Rcip4. C’est la toute nouvelle société Comores Câbles qui sera chargée de l’exploitation de tous les câbles sous-marins. Cependant, selon le coordonateur du projet Rcip4 aux Comores, Gamal Djamadar, jusqu’à maintenant, les conditions qui devraient permettre à l’Etat comorien de bénéficier du don ne seraient pas encore réunies. A l’entendre, la date butoir a été fixée en septembre dernier. «Parmi les conditions, il y avait la création de Comores-câble, le transfert des actifs de Comores Télécom vers la société Comores-câble, la préparation de la chambre d’atterrissage du câble. En plus, la Banque mondiale n’était pas au courant du prêt de Comores Télécom auprès de l’Exim-bank chinois», a-t-il révélé.Selon lui, le gouvernement comorien devrait adresser une lettre à la Banque mondiale pour «demander une nouvelle prolongation et Comores télécom doit envoyer un courrier à la sociétéInternational Eassy (Eastern Africa Submarin System) pour le transfert des actifs vers Comores-Câble».

 

Nazir Nazi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*