En ce moment

Télécommunications : «Non, Telma ne nous a pas dominés»

Lors du conseil hebdomadaire du mercredi dernier, le porte-parole du gouvernement et ministre de l’économie, Houmedi Msaidié avait déclaré que « Telma domine Comores Télécom. » Une déclaration rejetée par la société nationale de télécommunications Comores Télécom : « non, Telma ne nous a pas dominés », confie Moustaoifa Said Hassane.

La société Comores Télécom, notamment les chefs des départements n’ont pas tardé à répondre le porte-parole du gouvernement, Houmedi Msaidié. Ce dernier avait déclaré que « Telma a dominé Comores Télécom. » Choquée, Comores Télécom contre-attaque et justifie sa première position en matière de tics. Selon les conférenciers, Comores Télécom ne ménage aucun effort pour le développement du pays. « Comores Télécom subventionne Comores câbles et Anrtic », disent les conférenciers.

Pour ces chefs des départements, Comores Télécom couvre 80% du réseau au niveau national avec un investissement de 27 sites additionnels. « D’ici le premier semestre de l’année 2021, toutes les zones dans les trois îles seront couvertes du réseau », affirment les conférenciers. La société compte 2.467 agents d’emplois directs contre 107 agents pour Telma. La société Telma n’est pas régulière, dit-on.

S’agissant des chiffres, la société Comores Télécom reconnait sa chute du chiffre d’affaires, mais avec l’arrivée de l’actuel directeur général, M’sa Mladjao, tout revient peu à peu à la normale. En 2014, Comores Télécom avait un chiffre d’affaire de 25 milliards de francs comoriens avec un ratio de 19% et une croissance de 6%. En 2015, elle totalisait un chiffre d’affaire de 28 milliards, 23% de ratio et 10% de croissance. En 2016, 28 milliards de chiffre d’affaires, 24 milliards en 2017, 16 milliards en 2018. Une chute du chiffre d’affaires. « Cette baisse du chiffre d’affaires ne nous inquiète pas, puisque une fois que Telma se régularise, nos comptes seront au vert », ont conclut les conférenciers.

KDBA/ al fajr

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*