Tournante présidentielle : Lettre ouverte à Ali Said Hakime

wpid-screenshot_2015-12-06-16-18-59-1.png

Message à mon frère Mahorais Hakime ALI SAID,
Je serais heureux de ne pas voir ton nom parmi
les candidats à la Présidence des Comores

image

Ce dimanche 6 décembre s’ouvre la période de dépôt des candidatures pour les élections présidentielles comoriennes de 2016. Je souhaite qu’à la date de clôture des candidatures, le 21 décembre prochain, ton nom M. Hakim ALI SAID ne figurera pas parmi les candidats, qui souhaitent présider l’Union des Comores durant les 5 prochaines années. Les raisons de ma position sont multiples. Cependant, je te remercie pour avoir osé te lancer dans ce défi, dans ce pseudo course aux présidentielles comoriennes, car cela a permis de montrer au monde entier les mensonges de nos voisins.

    Aussi, les raisons de mon message à mon frère sont simples

En effet, nos voisins Comoriens, tout particulièrement les Grands comoriens et les Anjouanais, mais surtout les dirigeants de ce pays n’ont jamais aimé les Mahorais. Ce qui est réciproque du côté des Mahorais, mais eux à la différence de nos voisins, ils le disent depuis que l’hégémonie grande comorienne sur le reste de l’archipel des Comores a transféré en 1958 la capitale des Comores de Dzaoudzi ( Mayotte) à Moroni (Grande Comore). Par ailleurs, je dis même que les dirigeants de ce pays n’aiment pas leur peuple, car ils ne laisseront pas leurs citoyens prendre des embarcations de fortune où beaucoup perdent leur vie.

Dans leur pseudo revendication de Mayotte, les Comoriens brillent partout dans les organismes internationaux en parlant de Mayotte sans qu’il y est un seul Mahorais dans leurs équipes. Même pas YSSOUF Moussa, le seul Mahorais qui continue à faire semblant de croire à leur indépendance. Les Comoriens aiment utiliser notre île, notre belle île aux parfums, notre Mayotte comme monnaie d’échange pour avoir plus d’aides financières. D’ailleurs, mon cher Hakim ALI SAID, tu as constaté par toi même que depuis ta déclaration de candidature, tes soi-disant frères n’ont pas cessé de déverser leur haine et leur violence sur toi et sur une candidature mahoraise.

Et je vais te rassurer, l’attitude des Comoriens sur ta soi-disant candidature me réconforte et réconforte tous les Mahorais dans leur choix du refus de l’indépendance «à la con» comme l’a dit notre père M. Younoussa BAMANA, paix à son âme. Refus clairement signifié depuis 1974 dans tous les referendums, jusqu’à la départementalisation et rupeïsation de Mayotte. Tu as permis de confirmer les dires de nos grands parents et parents sur l’attitude des Comoriens à leur égard à l’époque, dont les jeunes Mahorais ont parfois tendance à oublier ou à ne pas croire.

Autre raison et ce n’est pas la moindre, les Comoriens t’ont épargné de ce sacré bourbier. Je te le dis avec sincérité mon frère, car les Comoriens eux-mêmes ne sont pas capables de comprendre leur propre constitution. Ils se disputent pour savoir qui peut être candidat. Tu le vois en ce moment comment chaque parti, chaque responsable politique interprète leur constitution sur la tournante, qui peut être ou pas candidat. On dirait que ce ne sont pas eux qui ont écrit leur constitution. Ils sont allé jusqu’à faire appel à l’Union Africaine pour les aider à décider qui peut ou pas être candidat.

Le comble c’est de voir des anciens présidents se battre pour ré – occuper la place alors qu’il n’ont rien fait avant. Voir un ancien président accuser les autres de ne pas comprendre leur constitution, c’est un comble.

Par ailleurs, je continue à dire qu’il faut une vraie coopération régionale avec nos voisins. J’espère que le prochain président des Comores aura la volonté de faire cette vraie coopération régionale. Avec une femme nouvelle ou un homme nouveau à la tête de leur pays, j’espère que des relations de voisinage apaisées et concentrer nos forces au développement économiques de l’archipel.

L’Union des Comores comme l’Union Africaine savent très bien que Mayotte n’intégrera jamais leur indépendance.
Quand tu as fait ta déclaration de candidature, j’ai eu peur que les Comoriens, l’UA ou je ne sais quel organisme international saisisse l’occasion pour dire que Mayotte doit intégrer les Comores, d’autant plus que tu as eu le culot de dire qu’il s’agit d’une candidature mahoraise, chose que j’ai toujours refusée. Mais ma peur était infondée car je savais que les Comoriens n’accepteraient jamais une telle candidature. Et maintenant, c’est à l’UA de dire qui peut ou pas être candidat chez eux. Le sketch, c’est de voir l’Anjouanais Sambi devenir Grand Comorien. Il suffit de lire le communiqué de l’Union Africaine qui met tout le monde en garde sur une possible déstabilisation de laisser l’Union Comorienne

Alors mon cher Hakim, laisses nos voisins tranquille. Tu t’es trompé en croyant qu’il était possible d’être à la tête du pays et d’aider à son développement. La réalité est là. Contrairement à leur panneau, moi je leur dis : « MAYOTTE EST FRANCAISE A JAMAIS ».

Pour le côté personnel, je te conseille d’arrêter d’investir ailleurs car chez toi c’est à Mayotte. Mayotte t’a tout donné, à toi de lui rendre maintenant.
Enfin, je te dis merci d’avoir fait tomber une nouvelle fois le masque des comoriens. Je ne souhaite pas qu’ils t’accusent demain de semer la zizanie dans leur pays comme certains commencent à le dire. Pour nous Mahorais, il ne peut y avoir de tournante pour Mayotte parce que Mayotte est française et non comorienne.

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’Union Africaine et l’Union des Comores, ainsi que les responsables politiques et associatifs comoriens, qu’ils soient aux Comores ou à l’étranger.

MOHAMED Nassuf, Président de COMADEP

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*