Tout est joué : la Cour valide les résultats provisoires

wpid-fb_img_1457370416263.jpg

La cour constitutionnelle de l’Union des Comores a publié dans une atmosphère pesante et militarisée, le samedi 5 mars 2016, les résultats définitifs de la primaire de l’élection présidentielle du 21 février 2016.  Elle a confirmé les résultats provisoires publiés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) le 24 février dernier. Les trois qualifiés à l’unique tour de l’élection présidentielle du 10 avril 2016 : Mohamed Ali Soilih (17,88%), Mouigni Baraka (15,62%), Azali Assoumani (15,10%). Fahmi Said Ibrahim le candidat indépendant soutenu par le parti Juwa, second pati parti politique du pays en termes de nombres d’élus au niveau du parlement de l’Union, des conseils des iles et des conseils communaux est éliminé in extremis en obtenant près de 14,86 %.

image

Les résultats publiés ce 5 mars 2016, reflètent les résultats publiés par la CENI la semaine dernière et le Ministère de l’intérieur qui sont tous destinataires les documents électoraux établis par les responsables des bureaux de vote. En effet, le code électoral dispose que les documents électoraux sont constitués au niveau du Bureau de vote en cinq (5) enveloppes inviolables destinés notamment à la CENI, à la Cour Constitutionnelle, au Ministère en charge des élections et  à la CEII.

Avec ces résultats définitifs, les Comoriens de la Grande Comore viennent de conforter les candidats des régimes qui se sont succédés au pouvoir dans ce pays depuis près de 20 ans avec les résultats que l’on sait. En effet, les quatre candidats qui raflent près de 64 % des suffrages exprimés, appartiennent à des formations politiques qui ont eu à diriger ce pays au cours de ces 20 dernières années. Le candidat Azali Assoumani arrivé en 3eme position lors de cette primaire a dirigé les Comores de 1999 à 2006.  Fahmi Said Ibrahim, arrivé en 4eme position a fait partie d’un régime de l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qui a eu à diriger le pays de 2006 à 2011. Le candidat Mouigni Barak Said soilihi est l’actuel Gouverner de l’ile autonome de Ngazidja depuis le 23 mai 2011. Enfin, le candidat Mohamed Ali soilihi, l’éternel ministre de l’économie et des finances des gouvernements de ces 20 dernières années est aux commandes depuis une éternité. Ces 4 candidats qui ont individuellement obtenu moins de 18 % des suffrages exprimés à la Grande Comore, un sinistre record depuis la tenue de la première primaire de l’élection présidentielle de l’union des Comores du mois de mars 2002, n’ont rien prévu de révolutionnaire pour redresser ce pays. Ils se sont entourés de tous ceux et celles qui ont pillé à outrance de pays. Aucun des candidats arrivés en tête de ce primaire n’a fait au cours de la campagne électorale, son mea-culpa sur son passif, sa mauvaise gouvernance. Aucun n’a demandé pardon à cette population qui meurt à petit feu. Aucun n’a montré sa disponibilité et sa volonté de rassembler toutes les forces vives de la nation, pour sauver notre pays du naufrage. Pour certains, la rancune est tenace.

Le 10 avril prochain, les comoriens éliront leur président de l’Union qui succèdera à Ikililou Dhoinine. Le 21 février dernier, ils choisi consciemment et librement sur les 25 candidats à la primaire de l’élection présidentielle de l’Union, les trois candidats qui leur ressemblent.

Ut his rebus omnibus assumit ! (Que chacun assume ses actes !)

Comoresdroit

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*