Transport inter-îles : Ab-Aviation, le retour

Selon le patron d’Ab-Aviation, les avions sont attendus à l’Aéroport international Moroni prince Saïd Ibrahim dans la soirée de ce vendredi 8 septembre. Les inspections des appareils auront lieu demain, samedi. Et, dans la foulée, le premier vol commercial est programmé pour dimanche 10 septembre à destination de Ndzuani et Mwali.
 
Après huit mois d’absence dans le ciel comorien, la compagnie aérienne Ab-Aviation s’apprête à faire son grand retour. En effet, suite à une rencontre, qui a eu lieu le mardi 5 septembre, entre Mohamed Chanfi Ahmada et Ayad Bourhane, respectivement nouveau patron de l’Aviation civile et directeur d’Ab-Aviation, le premier a accepté de procéder au renouvellement provisoire du Permis d’exploitation aérienne de la compagnie.
 Ce qui fut fait car, ce même jour, l’Anacm a  délivré les clearances à Ab-Aviation afin de faire revenir ses avions, qui se trouvaient, depuis  janvier dernier, chez son partenaire en Afrique du Sud. Cependant, cette autorisation provisoire délivrée couvre uniquement le transport domestique, autrement pour assurer la desserte entre les quatre îles de l’archipel des Comores.
Selon Ayad Bourhane, les aéronefs sont attendus sur le tarmac de l’Aéroport international Moroni prince Saïd Ibrahim (Aimpsi), dans la soirée de ce vendredi 8 août. Demain, les équipes techniques de l’Anacm procéderont à l’inspection des deux appareils de type Embrayer 120, de 30 places chacun.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le 10 septembre, Ab-Aviation procédera  au lancement de son premier vol commercial à destination de Ndzuani et Mwali.
Dans un entretien avec Al-watwan, le patron d’Ab-Aviation a tenu à adresser ses vifs remerciements au gouvernement comorien, à travers le nouveau directeur de l’Anacm, pour la confiance accordée. Il a tenu, ensuite, à renouveler ses remerciements à l’endroit des organisations patronales comoriennes, pour l’accompagnement qui était le leur durant cette crise qui a duré près de huit  mois.  
Ali Abdou/Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*