En ce moment

Tribune: Haine ou diversion ?

Tribune:Apprécier l’action d’autrui en toute objectivité est un défi que beaucoup sont incapables de relever. C’est parfois une maladie incurable qui ne dit pas son nom.

Là où le bât blesse c’est lorsque des gens s’acharnent sur une personne qui, après une période sombre et discutable, fait tout pour montrer le visage humain et humaniste de l’homme.

L’être humain n’est ni bête ni ange.

Foundi Said Mohamed, alias Djibril, ne fait pas exception à cette règle qui régit la nature de tout un chacun.

J’ai toujours gardé le silence à propos de cette controverse car certains pourraient voir en moi un défenseur d’un frère de la même région voire du même village. Mais je suis devenu incapable de me taire face à la montée de la haine et de…

Pour finir, je me dois de rappeler que, la nature ayant horreur du vide, Djibril s’est substitué à l’Etat qui, au lieu de faire ce que cet humaniste fait aujourd’hui, ne fait que s’accaparer les don et les aides accordés à la population comorienne en période de catastrophe.

MDRU YE TSUHA YE NGUWO YE WU KAANTSI !

Qu’on se le dise !

Il y a longtemps que Alphonse de Lamartine disait :

« La critique est la puissance des impuissants ».

Ali Abdou

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*