Trois enfants d’une même famille périssent dans un naufrage

Un terrible drame vient de se produire. Un bateau de pêche, un japawa a tenté de quitter Chindini au petit matin avec à son bord 8 personnes dont deux membres d’équipage pour une destination qui est pour l’instant inconnue. A quelques mètres du port , le bateau a chaviré.

Selon le premier adjoint de la commune d’Itsahidi, Ahmed Houbabi, joint au téléphone,  » trois enfants, de onze, sept et un an d’une même famille ont malheureusement perdu la vie ». Toujours selon notre interlocuteur,  » la mère qui a 39 ans et une autre de ses enfants sont en vie et sont actuellement à l’hôpital de Foumbouni « . L’origine de la mère, Halima Souef reste un mystère pour l’heure mais elle s’exprime en langue swahili avec sa fille.

Quant aux deux membres d’équipage et le père supposé , ils ont, selon Ahmed Houbabi  » pris la fuite pour une raison jusqu’ici inconnue ».

Une source de la gendarmerie affirme que ses services ont déjà identifié les trois hommes.
Même si pour l’instant , les causes du naufrage n’ont pas été formellement identifiées, l’on peut supposer qu’il a été causé par la mer qui est très agitée. Les vagues qui sont grosses auraient eu raison de la frêle embarcation.

Fsy / Alwatwan

4 commentaires sur Trois enfants d’une même famille périssent dans un naufrage

  1. Alors les Comoriens dite moi est-ce encore le visa Balladur ?

    Ou bien c’est vous même qui tue vos propre compatriote avec ces embarcations de fortune de malheur ?

    Sincèrement vous devriez être condamner pour crime contre l’humanité vous les passeurs et le gouvernement Comoriens qui incite ces gent à prendre ces embarcations de fortune, aussi les parents irresponsable qui envoie leurs enfants à la mort, j’ai énormément de la peine pour ces enfants qui périsse dans la mer ces pauvres innocent mais pour leur parent irresponsable je leur souhaite même pas le bonheur ; il est dit on est toujours mieux chez soi malgré les difficulté qu’on rencontre dans la vie.

    Comoriens arrêter de vous tuer dans la mer surtout d’envoyer vos enfants à la mort quasi certaine avec ces embarcations de fortune.

  2. Je sais qu’aux Comores il y a des priorités. Mais tout de même . A peine une semaine, il y a eu un chavirage. Il faut que l’Etat, à défaut de proposer un service de transport privé digne, il peut former les pilotes de kwassa entre Chindini et Mohéli que leurs responsabilité est engagé en conduisant des gens au risque de leurs devant une situation météo très défavorable. Cela ne demande de moyens considérable.

Répondre à Sky Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*