Troisièmes journées médicales de l’hôpital El-Maarouf : 40 cas de cancers diagnostiqués en 2014

Journees_medical_El_MaaroufLes troisièmes journées médicales de l’hôpital El-Maarouf ont été organisées samedi à l’Alliance française de Moroni sous le thème de «la pathologie tumorale». L’assistance était essentiellement composés de médecins.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Trois thèmes ont constitué le menu de ces troisièmes journées médicales : les urgences, les maladies chroniques non transmissibles et la pathologie tumorale. Dr Chakour explique le choix de ce troisième sujet par l’augmentation inquiétante du nombre de cas de cancers aux Comores. «Nous n’avons pas la possibilité de traiter sur place ces pathologies. Les malades ont besoin de soins spéciaux comme la radiothérapie ou la chimiothérapie», a-t-il indiqué. Il espère qu’à partir de ces journées, le gouvernement prendra conscience de l’importance de disposer dans notre pays d’unités de prise en charge des patients atteints de cancer. «On ne peut pas faire une chirurgie à un certain stade, il faudra dans ce cas une chimiothérapie», poursuit Dr Chakour.

A en croire Dr Mmadi Ibrahim, en 2012, il y avait 4,1 millions de nouveaux cas de cancers et 5,2 millions de décès dans le monde. «32,6 millions de personnes âgées de plus de 15 ans vivent avec le cancer dont 56,8% dans les pays en développement et 64,8% des décès surviennent dans ces pays», ajouta-t-il. Le cancer du poumon serait le cancer le plus fréquent, avec 13%, suivi de celui du sein avec 11,9%.

Aux Comores, c’est le cancer du col qui arrive en première position avec 151 cas enregistrés à ce jour. Vient ensuite celui du sein avec 40 cas, rien qu’en 2014. Chez les hommes, ce sont les cancers de la prostate et de l’œsophage qui sont les plus fréquents avec respectivement 34 et 22 cas.

Au sujet des résultats des examens anatomo-pathologiques réalisés au Chu Félix Guyon de La Réunion, Dr Mmadi Ibrahim a indiqué que, sur 105 examens envoyés en 2014, 16 cas se seraient révélés positifs contre 14 cas positifs sur les 124 examens envoyés en 2010.

De son côté, Dr Ahmed Abdourazak, médecin référent du Vih-Sida, a souligné qu’il y avait une filiation entre le Vih et certains cancers. «Devant la découverte du cancer, il faut penser à faire le dépistage», a-t-il affirmé.
Pour Dr Chakour, depuis les premières journées médicales, il y a eu une réelle conscientisation des médecins «qui ont compris que sans recherches, la médecine ne peut pas avancer. C’est un défi qu’il faut relever. Nous appelons les services hospitaliers des îles à aller dans ce sens pour que nous ayons une réalité nationale de nos problèmes de santé afin d’améliorer la qualité».

Abouhariat Said Abdallah / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*