« Tu n’es pas un descendant du prophète, il faut qu’un de nous lise »

Heureusement qu’il reste aux Comores un grand sage qui distingue la religion, la politique et les coutumes( ANDA NA MILA). Il est presque devenu coutumier chez le président Azali Assoumani de lire des versets  » douans  » à la fin des cérémonies religieuses ou coutumières malgré son placement dans la catégorie des jeunes vu qu’il n’a pas accompli son grand mariage. Seulement à Moroni en présence de l’ancien ambassadeur Said Hassane Said Hachim, il n’a pas pu le faire.

Ce dernier lui a empêché. « Tu n’es pas un descendant du prophète, il faut qu’un de nous lise  » lui a t’il rappelé en public malgré l’insistance du chef de l’Etat qui s’était d’ailleurs déplacé jusque là où se trouvait l’ancien gouverneur, près du micro. Au final, Said Hassane s’est chargé de le lire ce  » douan  » destiné à la population comorienne. N’est il pas aussi temps que les notables lui empêchent aussi de porter leur tenue ?

2 commentaires sur « Tu n’es pas un descendant du prophète, il faut qu’un de nous lise »

  1. Il faut à des wagazidja comme lui de ramener à la raison ce malade mentale de mort-vivant azali . En tout cas , quoiqu’il fasse le 26 mai 2021 date à laquelle finira son sinistre mandat approche , un rendez vous historique du peuple et ce jour là le monde entier comprendra que ces 3 îles restant chacun peut prendre son destin en main s’il se trouve qu’il ya ceux qui se prendre pour maitre des autres. Anjouan est bien conscient et averti pour son tour du 2021.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*