Turkish Airlines : les Comores pas intéressées ?

La desserte de la compagnie d’état turque, Turkish Airlines, aux Comores, entre le 16 juin et 15 septembre, serait-elle compromise ?

D’après des sources proches du dossier, Turkish Airlines qui ambitionnait de lancer à titre expérimental des vols long courrier entre l’Europe et Moroni via Mahé, dès juin 2018 semble ne plus intéresser les autorités comoriennes.

Et pourtant, selon des sources dignes de foi, la “cacophonie entre l’Anacm, la vice-présidence et l’ambassadeur de Turquie” comme le titrait Alwatwan du 9 février sur le même dossier, allait se régler avec l’arrivée en fin mars à Moroni, d’une délégation de haut niveau de la compagnie turque. Un séjour de 36 heures, écourté à 24 heures vu la tournure qu’aurait pris les négociations entre la vice-présidence en charge des transports et le vice-président du pole Afrique de la compagnie d’état turque. “Et pourtant, depuis l’annonce en février dernier par l’ambassadeur de Turquie et la polémique qui s’en est suivie, les autorités concernées avaient renoué le dialogue et tout semblait rentrer dans les cordes. D’où le déplacement de la délégation turque à Moroni”. Me confie la source.
Une forte impression que tout ne tournait pas rond dès le début…

Après une séance de travail à la vice-présidence et qu’un document convenant les deux parties ficelés, volte-face de la partie comorienne qui refuse de parapher le document, la délégation turque reparte en catastrophe avec la forte impression que tout ne tournait pas rond.

J’ose croire qu’une grande compagnie comme la Turkish Airlines, n’aurait pas risquer sa réputation mondiale à la conquête d’une ligne de moindre importance comme la nôtre sans prendre les dispositions diplomatiques, commerciales et techniques qui s’imposaient.

J’ose aussi comprendre les irritations de la vice-présidence qui se sentait déposséder d’un dossier qui relève de son autorité, tout comme l’Anacem qui se voit imposé un programme de vol sur son dos.

L’Union des Comores et la République de la Turquie sont liées par des accords bilatéraux, dans secteur aérien.

Que quelque part dans les bureaux de la présidence, une nouvelle ligne aérienne soit négociée et approuvée à l’insu de la vice-présidence en charge des transports et que la compagnie turque qui afficherait déjà plus de 3000 réservations à destination de Moroni, là n’est pas le souci.

Je m’interroge si cela va encourager Turkish Airlines de retenter le coup de l’archipel de la lune.
Le dossier est loin d’être clos.

La diplomatie comorienne aura certainement du pain sur la planche dans les prochains jours pour éteindre l’incendie et rassurer le gouvernement turc.

Car dans cette cacophonie endémique, le monde de la diplomatie, des affaires et tourisme des deux pays reçoivent chacun son carton.

A cela s’ajoute ce silence assourdissant des uns et des autres qui ne prédit rien de bon.

Affaire à suivre….

Kay/Journaliste

1 commentaire sur Turkish Airlines : les Comores pas intéressées ?

Répondre à Malala Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*